Publisher's Note

md

Recently, African aviation regulators and regional bodies met in Accra, Ghana, for the Second ICAO Meeting on Sustainable Air Transport Development in Africa. The First of this Meeting held in Antananarivo, Madagascar, in 2015 at which the Declaration on Sustainable Air Transport Development in Africa was made by African aviation industry leaders and their global partners under the leadership of ICAO.

The Meeting in Accra was a success in various ways, and it identified more effective strategies to advance air transport in Africa. Closely linked to the Antananarivo Declaration is the Lome Declaration of 2014 on the Development of Air Cargo in Africa, the second Meeting of which is expected to hold in Addis Ababa, Ethiopia, in June 2017 to drive improved air cargo services in Africa, under the auspices of ICAO.

Given the disturbing low level of Africa's share of global air cargo, the Cargo event coming up in Addis Ababa should be a defining moment to realign the approach and support to air cargo activities as a vital economic sub-sector in Africa.

More remarkably, the meetings on Sustainable Development of Air Transport and Air Cargo in Africa, respectively, have become future-oriented tools to monitor and improve the industry using realizable action plans. In the face of emerging challenges, these initiatives, alongside various others to enhance aviation security, safety and accident investigation, etc., bring renewed hope for the AFI Region to become a stronger link in the global air transport value-chain.

As the 'No Country Left Behind' programme of ICAO makes commendable progress in Africa, it is desirable that African Governments, Regional Economic Communities and industry experts show greater commitment to achieve the needed improvements that benefit Africa's fast growing populace.

The current edition of the Journal dwells on issues of aircraft financing in Africa; as well as incisive views on air transport infrastructure development in Africa from the perspective of New Partnership for Africa's Development (NEPAD). The edition equally presents insights on the Nigerian aviation industry, among other exciting articles.

 

Thank you.

captsign

CAPT. ED. BOYO

 

Les régulateurs et les organismes régionaux de l'aviation africaine se sont retrouvés récemmentà Accra (Ghana), pour la deuxième réunion de l'OACI sur le développement durable du transport aérien en Afrique. La première réunion du genre s'était tenue à Antananarivo(Madagascar) en 2015. Au cours de celle-ci, une  Déclaration sur le développement durable du transport aérien en Afrique avait été élaborée par les dirigeants de l'industrie aéronautique africaine et leurs partenaires mondiaux sous la houlette de l'OACI.

La réunion d'Accra a été un succèssur plusieurs plans, et ellea proposé des stratégies plus efficaces pour l'avancement du transport aérien en Afrique. Étroitement liée à la Déclaration d'Antananarivo, il y aeu la Déclaration de Lomé de 2014 sur le développement du fret aérien en Afrique, dont la deuxième réunion devrait se tenir à AddisAbeba (Éthiopie) en juin 2017 pour impulser l'amélioration des services de fret aérien en Afrique, sous les auspices de l'OACI..

Vu le niveau extrêmement bas de la part de l'Afrique dans le fret aérien mondial, la réunionsur le fret qui doit se tenir  à AddisAbeba devrait être un moment déterminant pour redéfinir  l'approche et le soutien aux activités de fret aérien comme sous-secteur économique vital en Afrique.

Plus singulièrement, il convient de noter que les réunions sur le développement durable du transport aérien et du fret aérien en Afrique sont devenues,l'une comme l'autre, des outils orientés vers l'avenir pour contrôler et améliorer l'industrie en utilisant des plans d'action réalisables. Face aux défis émergents, ces initiatives, ainsi que diverses autres qui visent à améliorer la sûreté de l'aviation,  la sécurité et les enquêtes sur les accidents, etc, font à nouveau espérer que la Région AFI deviendra un maillon plus fort dans la chaine de valeur  du transport aérien mondial.

Alors que le programme " Aucun pays laissé de côté " fait des progrès louables en Afrique, il est souhaitable que les gouvernements africains, les commissions économiques régionales et les experts de l'industrie démontrent plus d'engagement pour réaliser les améliorations nécessaires qui profitent à la population de l'Afrique en croissance  rapide.

La présente édition du Journaltraite de questions relatives au financement des aéronefs en Afrique, ainsi que de questions incisives sur le développement des infrastructures  de transport aérien en Afrique  du point de vue du Nouveau partenariat pour le développement de l'Afrique (NEPAD). L'édition présente également des perspectives sur l'industrie nigériane de l'aviation, entre autres articles intéressants.

Je vous remercie.

 

 

captsign

CAPT. ED. BOYO