Publisher's Note

md

African Union (AU) Governments have shown renewed determination to improve economic, socio-cultural and political integration in Africa through various strategies like the recently launched AU e-passport, the Continental Free Trade Area (CFTA) which is being fine-tuned to be established by the end of 2017 and aimed at removing barriers and stimulating cross-border trade, etc. To complement these, the AU is equally working to achieve the liberalization of African skies especially for African airlines by 2017.

While these renew hope of government support to Africa's air transport industry objectives, now is the time to critically review and upgrade Africa's air transport infrastructure, policy and regulation to remove blockages that hinder the growth and participation of African aviation investors and operators in the continent's transformation process. Achieving this will facilitate effective interconnectivity between several African city-pairs challenged by limited or absence of flights over the years.

In this regard, the important Meeting of ECOWAS leaders and the 2nd ICAO and AFI Meeting for Sustainable Air Transport Development in Africa in Accra, Ghana, 28-31 March, 2017 should trigger renewed commitment to policy harmonization and practical reintegration of air transport into Africa's economic development process. Air transport should be redefined as a tool for economic development exempted from inordinate taxes, charges and fees as well as stifling operating environment.

As international service providers including aircraft manufacturers, parts suppliers, maintenance, repair and overhaul organizations, etc. reposition for opportunities in Africa, African investors and operators need greater support to make the best of these and other partnership opportunities in the face of the current economic downturn and difficult operating environment in Africa.

Aviation so far is Africa's most effective vehicle for movement of people and goods across the continent's vast geographical area, and which will give greater effect to strategies of the AU and Regional Economic Communities (RECs) to drive socio-cultural and economic exchanges in Africa.

Our current Journal focuses on Aircraft, Engines and MROs; and we serve you exciting articles that explore prospects of Chinese aircraft in Africa's  regional aircraft market, trends of MROs in Africa, and renewed efforts to enhance integrity in Nigeria's airports industry, etc.

 

Thank you.

captsign

CAPT. ED. BOYO

 

Les Gouvernements de l'Union Africaine (UA) ont à nouveau manifesté leur détermination à améliorer l'intégration économique, socio-culturelle and politique de l'Afrique par diverses stratégies tels que le passeport électronique de l'UA récemment mis en circulation, la zone de libre-échange continental (ZLEC) dont la création est en train d'être finalisée pour la fin de  2017 et qui vise à ôter les barrières et à stimuler le commerce transfrontalier, etc. Pour compléter ces initiatives, l'UA s'emploie également à réaliser la libéralisation des cieux africains, surtout pour les compagnies aériennes africaines, d'ici 2017

Si toutes ces mesures font renaître l'espoir d'un soutien des gouvernements aux objectifs de l'industrie du transport aérien de l'Afrique, c'est maintenant le moment de revoir de manière critique et d'améliorer les infrastructures, la politique et la réglementation  du transport aérien de l'Afrique afin d'éliminer les blocages qui empêchent la croissance et la participation des investisseurs et des exploitants de l'aviation africaine au processus de transformation du continent. La réalisation de ces objectifs facilitera l'inter connectivité effective entre plusieurs paires de villes africaines qui n'a pas été possible en raison du nombre limité ou de l'absence de vols depuis des années.

A cet égard, l'importante réunion des dirigeants de la CEDEAO et la deuxième réunion de l'OACI et de la région AFI pour le développement durable du transport aérien en Afrique tenueà Accra (Ghana) du 28 au 31 mars 2017, devraient être le point de départ d'un engagement renouvelé  pour l'harmonisation des politiques et la réintégration pratique du transport aérien dans le processus du développement économique de l'Afrique. Le transport aérien devrait être redéfini comme un instrument de développement économique exempté d'impôts, redevances et taxes anormalement élevés ainsi que d'un environnement d'exploitation étouffant.

Alors que les fournisseurs internationaux de services, y compris les constructeurs d'aéronefs, les fournisseurs de pièces de rechange, les organisations de maintenance, de réparation et de révision se repositionnent pour des opportunités en Afrique, les investisseurs et les exploitants africains ont besoin d'un plus grand soutien pour profiter au mieux de ces opportunités de partenariat et autres face à la  crise économique actuelle et au difficile environnement d'exploitation en Afrique.

L'aviation est jusqu'ici  le véhicule le plus efficace de l'Afrique pour le mouvement des personnes et des biens à travers la vaste étendue géographique du continent, et c'est elle qui donnera le plus grand effet aux stratégies de l'UA et des Communautés économiques régionales (CER) pour le développement des échanges socio-culturels et économiques en Afrique.

Le présent numéro de notre Journalmet l'accent sur les aéronefs, les moteurs et les MRO ; vous y trouverez également des articles intéressants qui explorent les perspectives des aéronefs chinois sur le marché régional africain des aéronefs, les tendances des MRO en Afrique, et les efforts renouvelés pour améliorer l'intégrité dans le secteur des aéroports du Nigéria, etc.

 

Je vous remercie.

 

captsign

CAPT. ED. BOYO