Publisher's Note

md

The launch of the much-awaited Single African Air Transport Market (SAATM) on January 29, 2018 by the newly-elected Chairperson of the African Union (AU) and Rwandan President, H.E. Paul Kagame, during the 30th Summit of the African Union (AU) in Addis Ababa, Ethiopia, is a significant milestone for Africa. It marks the beginning of liberalization and the implementation of the Yamoussoukro Decision (YD) for the benefit of African airlines and economies.

Industry institutions including AFCAC, IATA, ICAO, AFRAA, among others, have emphasised the concrete benefits of the SAATM to Africa. Specifically, a study by IATA on 12 African States in 2014 showed that liberalization will reduce fares and time spent to move around the continent, and bring greater connectivity and convenience for passengers. It will also increase intra-Africa traffic for African airlines and stimulate economies.

Already, appropriate regulatory frameworks which are essential to protect interest of States and operators under the SAATM environment have been adopted, as noted by the Chairperson of the African Union Commission, H.E. Mr. Moussa Faki Mahamat.

"Institutional and Regulatory Texts of the Yamoussoukro Decision which are considered essential for the single market to function effectively have been adopted. The Commission has also drafted guidelines for the negotiation of air service agreement with third countries and a human resource development fund (HRDF) has been established and placed under the management of the African Civil Aviation Commission (AFCAC)," the Chairperson further explained.

We commend the AU for their firm leadership to launch the SAATM towards transforming air transport and Africa's economy. At this stage, continued sensitization is necessary to bring remaining States to commit to the SAATM. States must earnestly improve their operating environment, addressing concerns of safety, security, infrastructure and taxes; while enhancing ease of economic production and investment. African airlines require business models aligned with SAATM environment. The success of the SAATM as the lead Flagship Project of the AU Agenda 2063 is in the hands African stakeholders.

The current edition of the Journal brings you articles and perspectives on the SAATM, industry funding and Africa's funding institutions. Other articles and interviews cover aircraft manufacturers' projections in a liberalized air transport market in Africa.

We wish you an outstanding business year ahead in 2018.

Thank you.

 

captsign

CAPT. ED. BOYO

NOTE DE L' EDITEUR

Le lancement du Marché unique du transport aérien africain (MUTAA) tant attendu le 29 janvier 2018 par le Président nouvellement élu de l'Union Africaine (UA), le Président du Rwanda , Son Excellence Paul Kagame, durant le 30ème Sommet de l'Union Africaine à Addis Abeba , est un jalon important pour l'Afrique. Il marque le début de la libéralisation et de la mise en œuvre de la Décision de Yamoussoukro (DY) pour le bénéfice des compagnies aériennes et des économies africaines.

Les institutions du secteur  de l'aviation, notamment la CAFAC, l'IATA, l'OACI, l'AFRAA, ont souligné les avantages concrets du MUTAA pour l'Afrique. En particulier, une étude de l'IATA réalisée en 2014 et portant  sur 12 États africains,  a démontré que la libéralisation réduira les tarifs  et le temps passé à tourner autour du continent, et apportera une plus grande connectivité  et plus d'agréments aux passagers. Il augmentera également le trafic intra-africain pour les compagnies aériennes africaines et stimulera les économies.

Déjà, des cadres règlementaires appropriés qui sont essentiels pour protéger l'intérêt des États et des exploitants dans  l'environnement du MUTAA ont été adoptés, comme l'a noté le Président de la Commission de l'Union Africaine, S.E Monsieur Moussa FakiMahamat.

" Les textes institutionnels et règlementaires de la Décision de Yamoussoukro qui sont considérés essentiels pour que le marché unique fonctionne efficacement ont été adoptés. La Commission a également rédigé les Lignes directrices pour la négociation des accords de services aériens avec des pays tiers et un Fonds dedéveloppement des ressources humaines (FDRH) a été créé et placé sous la gestion de la Commission africaine de l'aviation civile (CAFAC)  ", a en outre expliqué le Président.

Nous félicitons l'UA pour son leadership ferme qui a permis de lancer le MUTAA, contribuant de ce fait à la transformation du transport aérien et de l'économie du continent.  À ce stade, une sensibilisation continue est nécessaire pour amener le reste des États africains à adhérer au MUTAA. Les États doivent sérieusement améliorer leur environnement d'exploitation, traiter des questions de sécurité, de sûreté, d'infrastructures et d'impôts, tout en améliorant la facilitation de la production économique et des investissements.  Les compagnies aériennes africaines ont besoin de modèles d'affaires qui soient alignés sur l'environnement du MUTAA. Le succès du MUTAA comme Projet-phare de l'Agenda 2063 de l'UA est entre les mains des parties prenantes africaines.

La présente édition du Journal vous apporte des articles et des perspectives sur le MUTAA, le financement du secteur de l'aviation et les institutions de financement de l'Afrique. D'autres articles et interviews portent sur les projections des constructeurs d'aéronefs dans un marché du transport aérien libéralisé en Afrique.

Nous vous souhaitons une excellente année d'affaires en 2018.

 

Merci.

 

captsign

CAPT. ED. BOYO