Publisher's Note

md

The rapid growth of Africa's air transport industry and the increasing importance of aviation to Africa's economic development place new emphasis on speedy development of aviation infrastructure in Africa to support industry's growth trend. Many of Africa's airports, air traffic management and other facilities built several decades ago now require upgrade and expansion to meet the capacity and technology needs of today.

The President of the ICAO Council, Dr. Olumuyiwa Bernard Aliu, recently remarked that "the rapid growth of both freight and passenger air traffic is now placing increased pressure on Africa's airports and air navigation services, with latest projections telling us that no fewer than 24 airports in Africa will have reached their maximum operational capacities by just 2020." He said ICAO is facilitating States' commitments in this area through its own World Aviation Forums (WAF) and its support of the Move Africa initiative being led by the New Partnership for Africa's Development (NEPAD).

African States should, therefore, optimize the benefits of ICAO's No Country Left Behind Programme to improve aviation standards in Africa. States should equally leverage on ICAO's WAF to be hosted by the Government of Nigerian November 27-29, 2017 in Abuja, involving high-level officials from aviation, transport and infrastructure, finance, economy and tourism to boost Africa's infrastructure.

Collective efforts such as the Lomé Action Plan focusing on cargo infrastructure development in Africa, as well as initiatives by individual States and regional economic communities (RECs) need to be reinvigorated and streamlined with current industry targets such as the Single African Air Transport Market (SAATM) and liberalization.

Increased government participation is vital to provide leadership and encourage more intensive private sector investments to enhance aviation's support to Africa's economic development. In developing the next phase of Africa's aviation infrastructure, priority attention must be given to critical and urgent infrastructure through consultation and coordinated efforts, and prudent application of capital expenditure.

The current edition of the Journal is focused on Air Traffic Management in Africa; there is also a special feature on ICAO's Remotely Piloted Aircraft Systems (RPAS) Symposium held in Abuja mid-July, and reports from Nigeria's fast-growing aviation industry, among other interesting articles.

 

Thank you.

 

captsign

CAPT. ED. BOYO

 

La croissance rapide de l'industrie du transport aérien en Afrique et l'importance croissante de l'aviation pour le développement économique de l'Afrique mettent un nouvel accent sur le développement des infrastructures aéronautiques en Afrique pour soutenir la tendance à la croissance de cette industrie. De nombreux aéroports et installations de gestion du trafic aérien et autres en Afrique  construits il y a plusieurs décennies doivent maintenant àêtre réhabilités ou agrandis afin de répondre aux besoins actuels en matière de capacité et de technologie.

Le Président du Conseil de l'OACI, M. OlumuyiwaBenardAliu, a récemment fait remarquer que  "la croissance rapide du trafic aérien,  aussi bien du fret que des passagers, met maintenant une pression accrue sur les aéroports et les services de navigation aérienne, tandis que les dernières projections indiquent quepas plus  de 24 aéroports en Afrique auront atteint leur capacité opérationnelle maximale d'ici 2020." Il a en outre déclaré que l'OACI facilite les engagements des États dans ce domaine par le biais de ses Forums aéronautiques mondiaux (WAF) et par le soutien qu'elle apporte à l'initiative MoveAfrica  qui a été lancéepar le Nouveau Partenariat pour le Développement de l'Afrique (NEPAD)

Les États africains devraient donc optimiser les avantages du Programme Aucun Pays Laissé de côté de l 'OACI qui vise à améliorer les normes de l'aviation en Afrique. Les États devraient également tirer parti du WAF de l'OACI qui sera organiséà Abujapar le gouvernement nigérian du 27 au 29 novembre 2017, et auquel participeront des responsables de haut niveau provenant de l'aviation, des transports et des infrastructures, de la finance, de l'économie et du tourisme pour améliorer les infrastructures de l'Afrique..

Des efforts collectifs tels que le Plan d'action de Lomé, qui mettent l'accent sur le développement des infrastructures de fret en Afrique , ainsi que des initiatives individuelles des États et des communautés économiques régionales (CER) méritent d'être revigorés et harmonisés avec des cibles actuelles de l'industrie telles que le Marché unique detransport aérien africain (MUTAA) et la libéralisation..

Une participation gouvernementale accrue est plus qu'importante pour assurer le leadership et encourager des investissements plus intensifs du secteur privé en vue de renforcer l'appui de l'aviation au développement économique de l'Afrique. En développent la prochaine phase des infrastructuresaéronautiques de l'Afrique, l'attention devrait être accordée prioritairement aux infrastructures essentielles et urgentes par le biais de la consultation et des efforts coordonnés, et par une application prudente des dépenses d'investissement.

La présente édition du Journaltraite en particulier de la Gestion du trafic aérienen Afrique. On y trouve également un reportage spécial sur le Symposium sur les systèmes d'aéronefs télépilotés (RPAS)qui s'est tenu à Abuja à la mi-juillet, ainsi que des rapports provenant  del'industrie nigériane de l'aviation qui connait une croissance rapide, entre autres articles intéressants.

 

Je vous remercie.

 

 

captsign

CAPT. ED. BOYO