CAN AIRPORTS DRIVE AFRICA'S CARGO EVOLUTION?

Rose

Core Objective

The last Valentine's Day February 14 got tonnes of roses and beautiful flowers flying around the African continent, though with a large portion of these goods moving on-board non-African carriers. Air-freighted items coming from East Africa's agro and horticultural farms, Europe, etc., in addition to other perishables and temperature-sensitive pharmaceutical products run the risk of losing their value at many if not most of Africa's airports because these airports are ill-equipped to support these types of cargo, and especially in large volumes.

This inadequacy at Africa's airports contributes to the failure of these airports to attract or encourage the movement of these goods by air. Many of these airports, including seemingly large airports like Murtala Muhammed International Airport, Lagos, also lack the apron and other capacity to support a sizeable number of large cargo aircraft at a time. African airports are now challenged to lead what should be seen as Africa's air cargo revolution; and this is a priority for big or small African airports. Solving the airports side of the air cargo infrastructure jig-saw would quicken the realization of the avowed air cargo potentials on the continent.

Currently, cross-regional air cargo movement is inadequate between any two parts of Africa. The reason for this partly hinges on poor cargo facilities at Africa's airports. This is further compounded by the predominance of weak and fragmented air cargo operators in Africa with barely adequate service quality. Few of Africa's cargo operators like Ethiopian Cargo, Astral Aviation, Kenya Airways Cargo, etc. however set good standards. Added to the challenges is the inability of Africa's economies to generate adequate, time- and temperature-sensitive high-value goods to feed air freight services on the continent.

Trends Strengthen Expectation

Essentially, the Single African Air Transport Market (SAATM) and the Single Africa Free Trade Area launched recently in Addis Ababa and Kigali, respectively, - along with strengthening growth of air cargo in Africa - would provide tailwinds for air cargo development in Africa. Announcing its January 2018 cargo figures, IATA says African carriers saw freight demand increase by 12.9% in January 2018 compared to the same month last year, explaining that the increase was helped by very strong growth on the trade lanes to and from Asia.

More specifically, it states that "freight demand jumped by 59% between Africa and Asia in 2017 following an increase in the number of direct flights between the continents, driven by ongoing foreign investment flows into Africa."

Besides IATA's figures, several African economies are growing at impressive rates of over 5%, though the pace of industrialization and diversification of Africa's economies lag behind what is expected to make remarkable impact on production levels for items that can be air freighted - to boost Africa's overall air freight figures. As Africa's economies evolve with an equally expanding middle-class and increasingly fast-paced business activities, the need for seamless movement of high-value and perishable goods by air becomes more compelling.Cargo

Regional Cargo Airports Trends

Cargo airport facilities are lacking in West Africa particularly, if this is compared to hub facilities in Ethiopia and Kenya in East Africa, Egypt and Morocco in North Africa or in South Africa. The continent is predominantly tied to primary production of agricultural and other products, and potentials in various economic sub-sectors are yet to be realized to support air cargo traffic. Nigeria, for instance, has several cargo airports which are still grossly under-utilized for lack of improved cargo infrastructure, just like most other airports in the region.

Ghana's Kotoka International Airport (KIA) Cargo Village holds potentials for improved cargo handling and distribution in the region; but these are still potentials. The Ghana Airport Cargo Centre (GACC),   to be operated by Swissport International is undertaking to develop a cargo centre of world class standard capable of providing a platform for growth, and a major development at the Airport.

Roberts International Airport, Monrovia, Liberia, is also expanding its cargo facility "to handle more than 8,500 metric tons per year," according to recent reports. Improving cargo facilities to serve the Mano River sub region would be strategic to tap into the potential perishables market in the area and the cargo facility at Roberts Airport expected to be completed in 2019 could provide this hub function.

In the same vein, though large airports tend to take all the attention especially in countries with several airports, it cannot be discounted that secondary airports also form a significant part of Africa's air cargo revolution. Kenya's airports in Malindi, Kisumu and Eldoret, for instance, provide quicker access to surrounding economic regions in Kenya and tap into as well as support the shipment of time-specific and temperature-sensitive products by air. According to Kenya Airports Authority (KAA), "Malindi Airport is 2.5 Km west of Malindi Town," and Eldoret International Airport was built with the vision of achieving accelerated economic growth, through integration and opening up of the Western region to local and international markets.

The Ethiopian cargo hub in East Africa is one of Africa's best examples and deserves to be replicated across-continent. "The new Cargo Terminal-II, which was inaugurated on June 29, 2017, combined with our existing Terminal will give us a total tonnage capacity of around 1 million per annum which is the largest in the continent of Africa," says Ethiopian. This milestone, it says, makes Ethiopian Cargo & Logistics Services one of the world's largest cargo terminals; comparable with cargo terminals in Amsterdam Schiphol, Singapore Changi, or Hong Kong.

The Group CEO Ethiopian Airlines, Mr. Tewolde GebreMariam says: "Ethiopian transports around 400,000 tons cargo annually supporting Africa's trade and economic growth. In line with our Vision 2025, we aim to double this figure to 800,000 tons annually and contribute our part to the economics renaissance of Africa in general and Ethiopia in particular," Mr. GebreMariam adds.
aircraft

Cargo facilities at OR Tambo airport in South Africa provide some relief in the region, as the Airports Company South Africa is working on short- and longer-term cargo plan to address congestion creeping upon, the Johannesburg airport, for instance. Such facilities need be upgraded throughout the South African Development Community (SADC) and Common Market for East and Southern Africa (COMESA) region to support air cargo growth.

Airports To The Rescue: What Can Airports Do?

It is taking longer for Africa's cargo industry to realize its potentials; but this also means that the future market is in Africa as these potentials get exploited. But should African airports develop these cargo facilities and wait for traffic to build up, or rather wait for cargo traffic to intensify before providing such vital cargo facilities? Indeed, this seemingly chicken-and-egg situation is one of the confusions surrounding the lack of innovative action on cargo infrastructure improvement among many airports in Africa, exacerbated by lack of financing.

Africa's cargo infrastructure is a priority to be provided urgently along with efforts to drive multi-sectoral industrialization which will shore up productivity in economic sectors where States have the comparative advantage. This will create increased market in Africa to keep more airports busy. Africa could learn from the success of China where huge population and many airports have converted to benefits. According to ACI, Chinese airports have become "the largest contributors to global growth."

As a priority too, while leading Africa's air cargo revolution, African airports must engage all partners in the air cargo value-chain, such as government agencies in charge of economic planning and development, airlines, freight forwarders, customs, etc. to ensure that needed facilities are provided and also avoid wastage of capital expenditure. Airports must also take into cognizance the availability and inputs of multi-modal transport system for end-to-end air cargo solutions. Airport cargo infrastructure development is a core part of Africa's continental economic transformation under the African Union (AU) Agenda 2063. Airports must, therefore, not go about cargo facilities development in silos, but open up to all stakeholders.

While African airports generally are struggling to build basic cargo infrastructure, the air cargo industry is steadily advancing and simplifying the business while creating amazing levels of efficiency in turn-around time, security, safety as well as overall cost and wastage control.

African airports should, however, not be fazed by dizzying shifts in airports and cargo technology and other paradigms, but start with building-up of knowledge base to execute current and evolving cargo standards. Thus, programmes like IATA's Future Air Cargo Executives come in handy. E-cargo, data management and relevant audits would help African airports align with global standards which attract serious airlines.

Furthermore, in countries or regions where land transportation infrastructure is effective, airports must be circumspect in imposing high costs on air freighted goods. Zambia Airports Corporation recently reported a decline of 3% in its 2017 cargo traffic at its airports owing to costs.

"When compared to the same period last year, Cargo movement decreased by 3% in the Fourth quarter of 2017. The decrease is mainly due to increase in agricultural produce trucked through South Africa for onward export into Europe as freight charges in Zambia continue to be relatively higher when compared with other countries in the region," NAC says.

Healthy Environment for Growth

Airports in Africa must spearhead a new evolution and revolution in Africa's air cargo industry. While prioritizing collaboration with all relevant stakeholders, African airports must also become smarter and future-oriented as well as customer-focused. Policies generally must be conducive for airports users and partners, and safety, security and environmental standards are essential for the next phase of Africa's cargo airports development.

ethy

 

FRENCH TRANSLATION

 

LES AÉROPORTS PEUVENT-ILS CONDUIRE L'ÉVOLUTION DU FRET EN AFRIQUE ?

Par Roland Ohaeri

Objectif  principal

Le 14 février dernier, lors de la Saint-Valentin, des tonnes de roses et de belles fleurs ont sillonné le continent africain, transportées pour la plupart, par des compagnies aériennes non africaines. Les produits provenant  de fermes agricoles et horticoles de l'Afrique de l'est, de l'Europe, etc, ainsi que  d'autres produits périssables et pharmaceutiques sensibles à la chaleur, qui sont transportés par fret, courent le risque de perdre leur valeur  dans de nombreux, sinon  la plupart des aéroports africains, car ceux-ci sont mal équipés pour prendre en charge ces types de marchandises, surtout en grande quantité.

En raison de cette insuffisance, les aéroports africains  sont incapables d'attirer ou d'encourager le transport par avion de ces marchandises. Beaucoup de ces aéroports, y compris apparemment de gros  tel que l'Aéroport international Murtala Muhammed de Lagos, manquent également de pistes et d'autres infrastructures pour accueillir un nombre considérable de gros avions cargo en même temps. Les aéroports africains ont maintenant pour défi de conduire ce qu'il faudrait considérer comme la révolution du fret aérien en Afrique; et ceci est une priorité aussi bien pour les gros que pour les petits aéroports. Résoudre le côté aéroports du puzzle de l'infrastructure du fret aérien accélèrerait la réalisation du potentiel reconnu du fret aérien sur le continent.

Actuellement, le mouvement transrégionaldu fret est insuffisant entre une partie de l'Afrique et une autre. Ceci s'explique en partie par les mauvaises installations de fret aux  aéroports africains. La  situation est aggravée par le fait que la majorité des exploitants de fret qui opèrent en Afrique sont faibleset fragmentés et ont  une qualité de service à peine satisfaisante. Un petitnombre d'exploitants de fret aérien  comme Ethiopian Cargo, Astral Aviation, Kenya Airways Cargo, etc. ont cependant mis en place de bonnes normes.Au nombre des défis, on peut ajouter l'incapacité des économies africaines à produire en quantité suffisante  des marchandises de haute valeur, sensibles au temps et à la chaleur, pour alimenter les services de fret sur le continent.

Les tendances renforcent les attentes

Essentiellement, le Marché unique du transport aérien en Afrique (MUTAA) et la Zone de libre-échange continental (ZLEC)  récemment lancés à Addis Abeba et Kigali, respectivement, ainsi que le renforcement de la croissance du fret aérien en Afrique fourniront des vents de poupe  pour le développement du fret aérien en Afrique. Annonçant ses chiffres de fret pour janvier 2018, l'IATA a dit que les transporteurs africains ont connu une augmentation de la demande de fret de 12,9% en janvier 2018, par rapport au même mois l'année dernière ;  cette augmentation, a-t-elle expliqué, était la résultante de la  très forte croissance  sur les lignes commerciales à destination et en provenance de l'Asie.

Plus précisément, elle a déclaré que "la demande de fret a grimpé de 59% entre l'Afrique et l'Asie en 2017 après une augmentation du nombre de vols directs entre ces continents résultant des  flux d'investissements étrangers en coursen direction de l'Afrique".

En dehors des chiffres de l'IATA, plusieurs économies africaines croissent à des rythmes impressionnants de plus de 59%,  bien que la vitesse de l'industrialisation et de la diversification des économies africaines soit à la traine, ce quidevrait avoir un impact remarquable sur les niveaux de production des articles pouvant être transportés par fret aérien - pour booster les chiffres globaux du fret aérien de l'Afrique. Étant donné que les économies africaines évoluent avec une classe moyenne qui est également en expansion et des activités commerciales qui se développent à une vitesse de plus en plus rapide, la nécessité d'un transport par avion sans entravedes marchandises de haute valeur et périssables devientplus impérieuse.

Tendances vers les aéroports régionaux de fret

Les installations aéroportuaires de fret font défaut, particulièrement  en Afrique de l'ouest, quand on compare la situation  aux installations de hubs de l'Éthiopie et du Kenya en Afrique de l'est, de l'Égypte et du Maroc en Afrique du nord ou de l'Afrique du Sud. Le continent est en prédominance lié à la production primaire de produits agricoles et autres, et les potentialités dans divers sous-secteurs économiques ne sont pas encore réalisées pour soutenir le trafic du fret aérien. Le Nigéria par exemple, dispose de plusieurs aéroports de fret qui sont encore,dans l'ensemble, sous-utilisés par manque d'infrastructures de fret améliorées, tout comme d'autres aéroports de la région.

Le village du fret de l'Aéroport international Kotoka(KIA) du Ghana  a des potentialités pour une manutention et une distribution améliorées dans la région, mais celles-ci sont encore su stade  de potentialités. Le Centre du fret de l'Aéroport du Ghana (GACC), qui sera géré par Swissport International, s'engage àdévelopper un centre de fret de classe mondiale capable de fournir une plate-forme pour la croissance, et un développement majeur à l'aéroport.

L'Aéroport international Roberts de Monrovia, au Libéria, développe également son installation de fret "pour traiter plus de 8.500 tonnes métriques par an", selon des rapports récents. L'amélioration des installations de fret pour desservir la région du Fleuve Mano serait stratégique pour exploiter le marché potentiel des produits périssables  dans la région  et l'installation de fret de l'aéroport Roberts, qui devrait être achevée en 2019,  pourrait assurer cette fonction comme  hub.

JKIA

Dans la même veine, bien que les gros aéroports aient tendance à capter toute l'attention surtout dans les pays qui ont plusieurs aéroports, on ne peut pas ignorer le fait que les aéroports secondaires constituent également une partie importante de la révolution du fret aérien en Afrique. Les aéroports du Kenya à Malindi, Kisumu et Eldoret par exemple, fournissent un accès plus rapide aux régions économiques environnantes au Kenya et exploitent, en même temps qu'ils soutiennent le transport  par voie aérienne de produits saisonniers et  sensibles à la chaleur. Selon la Kenya AirportsAuthority (KAA), l'aéroport de Malindi se trouve à 2,5 km à l'ouest de la ville de Malindi", et l'aéroport international d'Eldoret a été construit avec comme vision  de réaliser une croissance économique accélérée, par l'intégration et l'ouverture de la région occidentale aux marchés locaux et internationaux.

Le hub de fret d'Ethiopian en Afrique de l'est est l'un des meilleurs exemples de l'Afrique et mérite d'être reproduit à  travers le continent. "Le nouveau Terminal II, qui a été inauguré le 29 juin 2017, combiné à notre Terminal existant, nous donnera une capacité totale en tonnage d'environ 1 million par an, ce qui en fait le plus gros sur le continent africain ", ditEthiopian. Ce jalon, poursuit-il, fait d'Ethiopian Cargo and Logistics Services, l'un des plus gros terminaux de fret du monde; comparable aux terminaux de fret de Schipol à Amsterdam, Changi à Singapour, ou Hong Kong.

Le PDG du Groupe Ethiopian Airlines,  M. TewoldeGebreMariam dit : "Ethiopian transporte environ 400.000 tonnes de fret chaque année pour soutenir le commerce et la croissance économique de l'Afrique. Conformément à notre Vision 2025, nous visons à doubler ce chiffre pour le porter à 800.000 tonnes annuellement et apporter notre contribution à la renaissance économique de l'Afrique en général et de l'Éthiopie en particulier ", ajoute M. GebreMariam.

Les installations de fret de l'Aéroport OR Tambo en Afrique du Sud fournissent un certain secours dans la région, car AirportsCompany South Africatravaille sur un plan à court et à long termes pour résoudre le problème de la montée de l'encombrement, par exemple, à l'Aéroport de Johannesburg. Ces installations doivent être réhabilitées  sur toute l'étendue du territoire de la Communauté de développement de l'Afrique Australe (SADC) et du Marché Commun de l'Afrique de l'est et de l'Afrique australe(COMESA) pour soutenir la croissance du fret aérien.

Les aéroports à la rescousse: Que peuvent faire les aéroports?

Il faudra encore du temps pour que l'industrie du fret aérien prenne conscience de son potentiel. ; mais ceci signifie également que le marché de l'avenir se trouve en Afrique lorsque ce potentiel sera exploité. Mais les aéroports devraient-ils développer ces installations de fret et attendre que le trafic augmente, ou bien faudrait-il plutôt attendre que le trafic s'intensifie avant de mettre en place des installations ? En effet, cette situation qui s'apparente à celle de la poule et de l'œuf, est l'une des confusions qui entourent le manque d'action innovatrice sur l'amélioration des infrastructures de fret dans de nombreux aéroports en Afrique, exacerbée par le manque de financement.

L'infrastructure de fret en Afrique est une priorité qui doit être fournie urgemment en même temps que les efforts doivent être faits pour  promouvoir l'industrialisation multisectorielle qui augmentera la productivité dans les secteurs économiques oû les États ont l'avantage comparatif. Cela créera un plus gros marché en Afrique pour garder plus d'aéroports en activité. L'Afrique pourra tirer des leçons de la Chine oû l'immense population et le grand  nombre  d'aéroports    ont abouti àprofits. Selon l'ACI, les aéroports chinois sont devenus " les plus gros contributeurs de la croissance mondiale "Comme  autre priorité, en menant la révolution du fret aérien de l'Afrique,  les aéroports africains doivent engager tous les partenaires  dans la chaine de valeur du fret aérien, notamment les agences gouvernementales  chargées de la planification et du développement économique, les compagnies aériennes, les transitaires, les douanes, etc. pour s'assurer que les installations nécessaires sont mises en place  et également pour éviter le gaspillage des dépenses d'investissement. Les aéroports doivent aussi tenir compte de la disponibilité et des contributions du système de transport multimodal pour des solutions globales aux problèmes de fret aérien. Le développement de l'infrastructure du fret aux aéroports est un élément central de la transformation économique continentale de l'Afrique dans le cadre l'Agenda 2063 de l'Union Africaine (UA). Les aéroports doivent par conséquent éviter de traiter de manière isolée du développement des installations de fret aérien, mais s'ouvrir à  toutes les parties prenantes.

Alors que les aéroports africains luttent généralement pour construire des infrastructures de fret de base, l'industrie du fret aérien avance régulièrement et simplifie le secteur tout en créant des niveaux d'efficacité formidables en matière de délai d'exécution, de sûreté, de sécurité ainsi que de  contrôle global des coûts et du gaspillage.

Les aéroports africains ne devraient cependant pas être effrayés pas par les transformations hallucinantes des aéroports et de la technologie du fret  et autres paradigmes, mais commencer à constituer une base de connaissances pour  exécuter les normes actuelles et en développement relatives au fret. Ainsi, des programmes tels que les futurs cadres du fret aérien se préparent, le fret électronique, la gestion des données et les audits pertinents, aideraient les aéroports africains à s'aligner sur les normes mondiales qui attirent les compagnies aériennes sérieuses.

En outre, dans les pays oû l'infrastructure de transport terrestre est efficace, les aéroports doivent faire attention en imposant des coûts élevés sur les marchandises transportées par fret aérien. La ZambiaAirportsAuthotity a récemment signalé une baisse de 3% de son trafic de fret à ses aéroports, pour des raisons de coûts.

"Par rapport à la même période l'année dernière, le transport du fret a baissé de 3% au quatrième trimestre de 2017" Cette baisse est principalement due à l'augmentation des produits agricoles transportés par camions en Afrique du Sud pour ensuite être exportés vers l'Europe, étant donné que les coûts du fret en Zambie continuent d'êtrerelativement plus élevés par rapport à d'autres pays de la région, " dit la NAC.

Environnement sain pour la croissance

Les aéroports en Afrique doivent être à l'avant-garde d'une nouvelle évolution et d'une révolution dans l'industrie africaine du fret aérien. Tout en accordant la priorité à la collaboration avec toutes les parties prenantes concernées, les aéroports africains doivent aussi devenir plus informés et êtretournés vers l'avenir tout en mettant l'accent sur le client. Les politiques, d'une manière générale, doivent être favorables aux usagers et aux partenaires des aéroports, et la sécurité, la sûreté et les normes environnementales sont essentielles pour la prochaine phase du développement des aéroports de fret de l'Afrique.

 

 

Post a comment

Comments closed