Ripe Funding Opportunities

The long-running challenge of inadequate funding for the aviation industry in Africa is seen by many as an issue that Africa's leading institutions - including funding institutions, Regional Economic Communities (RECs), and industry organizations - are expected to redouble their efforts, directly or indirectly, to address. But how are these institutions poised to make their push for improved funding for Africa's aviation more effective, now that the industry is experiencing positive growth that requires sustainable funding?

Africa's air transport industry is transitioning into a very exciting and challenging phase, perhaps unprecedented in Africa's entire aviation history: exciting because of the expected remarkable growth that would bring new opportunities; and challenging because of the risks the growth would throw up, and the need for airlines, ANSPs, regulators, etc. to effectively manage these opportunities and concomitant risks to benefit the continent.

cover3Some of these opportunities include the projected continued increase in Africa's 1.3 billion population, in which the middle-class would continue to expand, and its large portion of young population becoming more eager to travel, more likely by air. While nearly ten of Africa's economies are said to be among the world's fastest-growing economies, efforts to revamp Africa's economies equally would empower a greater number of Africans to afford the cost of air travel more than before. Moreso, the Africa Economic Outlook (AEC) released by the African Development Bank (AfDB) late January 2018, states that, for Africa, "real output growth is estimated to have increased 3.6 percent in 2017 and to accelerate to 4.1 percent in 2018 and 2019. Overall, the recovery of growth has been faster than envisaged, especially among non-resource-intensive economies."

Within aviation specifically, traffic is forecast to double by 2035. Efforts to improve and harmonize air traffic management systems, as well as the new African Civil Aviation Policy (AFCAP) expected to be adopted by all African States, as well as the efforts to harmonize Africa's aviation training, all create strong hope for the industry. Safety and safety regulation have improved in Africa with zero-accident records in the last two years.

Furthermore, the launch of the Single African Air Transport Market (SAATM) by the African Union at their 30th Session in Addis Ababa, Ethiopia marks the beginning of continent-wide liberalization of air transport in Africa and the implementation of the Yamoussoukro Decision (YD). The YD is now updated with its reviewed regulatory provisions to ensure a level playing ground for African airlines and States.cover4

Already, strong demand on African routes as projected by industry forecasts adds to aviation's prospects on the continent. "Analysis by ForwardKeys reveals that flight bookings for travel to the Middle East and Africa grew by 10.5% in 2017 and that growth is set to continue in the first quarter of 2018, as bookings are currently 11.2% ahead of where they were at this time last year," says ForwardKeys, an entity that provides periodic data analysis on the industry.

Poor Funding Stifles African Airlines

According to Raphael Kuuchi, Vice President of Africa for the International Air Transport Association (IATA), who was commenting on lack of open market access in Africa for African carriers, "the status quo is not working for African aviation." Indeed this statement is also apt for the perpetual lack of effective funding for aviation in Africa.

While inadequate funding is one of Africa's biggest challenges, poor revenue especially among African airlines on the other hand is worrisome. The situation is so pathetic that though the airlines industry in Africa is seen as remarkably improving financially, IATA says African airlines will still incur a $100 million loss in 2018, "following a collective net loss of $100 million in 2017."

cover5According to Dr. Elijah Chingosho, immediate-past Secretary General/CEO of African Airlines Association (AFRAA), "profitability has eluded the African airline industry for the past five years," even though "there are some African airlines making profits including Astral Aviation, Air Mauritius, Ethiopian Airlines and Royal Air Maroc."

To worsen the challenge of poor external funding, airlines'revenues and internal funding are eroded by high taxes, charges and fees and other negative factors in the operating environment, which have other dire consequences on these airlines such as poor schedule integrity and closure of more unsustainable routes.

Amidst these challenges, the case for improvement of funding for aviation in Africa has never been more compelling in Africa's aviation industry.

What Interventions From African Institutions?

There is strong advocacy among industry stakeholders for the build-up of internal capacity in Africa to address the funding and related challenges such as skilled manpower, safety, security, etc.

The AfDB says: "In a continental approach, the African Union Commission, the NEPAD Planning and Coordinating Agency, and the African Development Bank have created financial vehicles to address the continent's infrastructure deficit."

It further notes that "the G20 Infrastructure Action Plan, Infrastructure Consortium for Africa, EU-Africa Infrastructure Trust Fund, and Africa Infrastructure Country Diagnostic all highlight regional infrastructure for Africa's growth." The AfDB is the lead funding institution in Africa now expressing commitment to greater funding responsibilities in Africa. However, local banks in Africa still struggle with low capacity, and some are disinclined to supporting long-term funding of aviation and the negligible margin of airline business.

Dr. Osman Mahgoub Ahmed El Fiel, Advisor to the Director General in charge of Operatons of the Arab Bank for Economic Development in Africa, says Africa's aviation entities should have sound business plans and models to attract funding from investors, a position supported by Adekunle Abdulrazaq Oyinloye, Managing Director/CEO of The Infrastructure Bank based in Abuja, Nigeria.


Dr.  Charles Schlumberger, Lead Air Transport Specialist in the Transport Division of the World Bank, believes Africa's aviation taxes need be clarified and streamlined to support rather than stifle aviation growth and development in Africa.

A reorientation is necessary to elicit more effective response from Africa's institutions to the funding challenge. At this stage, funding and other relevant institutions in Africa must begin to see aircraft and African airlines as part of infrastructure that need urgent funding support. Before now, most of the funding to Africa's aviation industry emanating from African infrastructure development institutions had been channeled to airports and ground facilities. In a recent example, the AfDB participated in funding Egyptian Airport through an agreement signed with the Government of Egypt for the loan of USD 50 million - from the Africa Growing Together Fund (AGTF) - to co-finance the Sharm El-Sheikh Airport Project. The loan, according to the AfDB is to complement the USD 90 Million loan earlier approved by the AfDB.


Pooling Foreign Support?

Africa's aviation-related institutions are inclined to working with funding foreign partners to lift funding for aviation in Africa. This was re-emphasised during the 3rd World Aviation Forum in Abuja, Nigeria, last November, as these institutions earnestly called on foreign investors to invest in Africa.

The AfDB's Africa Economic Outlook (AEO) 2018 posits that regions with idle or excess funds should invest such funds in regions in need of investment funding, noting that "A global pact to finance infrastructure in Africa and stimulate industrialization would generate major global dividends."

"And with more than $100 trillion in assets managed by institutional investors and commercial banks globally and searching for good returns, African countries have an array of options, beyond domestic resources and foreign aid, to support their investments."

Though Export Credit Agencies (ECAs) in the US and Europe have played notable roles to support aviation funding in Africa, much more is yet expected of them. However, Asian interests in funding infrastructure development in Africa raise new confidence among industry observers. In particular, potential funding support from China continues to increase tremendously.

Several finance-related institutions from China, are focused on Africa, including China Air Transport Association, Hainan Airlines, The Export-Import Bank of China (TEIBC), China Development Bank, China-Africa Development Fund, China Export & Credit Insurance Corporation (Sinosure), ICBC Financial Leasing Co., Ltd. and Ever Bright Financial Leasing Co., Ltd.

According to the Commercial Aircraft Corporation of China, the 3rd Forum on China-Africa Regional Aviation Cooperation held in Beijing late 2017 to, among other things, facilitate the penetration of Chinese aircraft into Africa. In addition, the Africa Growing Together Fund was established by the African Development Bank and the Government of the Republic of China with USD 2 billion to support the co-financing of major projects in Africa.

Other efforts are also notable from Japan in providing assistance with aviation infrastructure in African countries such as in airports in Egypt and Malawi, riding on the Tokyo International Conference on African Development (TICAD) Programme.


Africa's Potentials As Assets

Africa's unexploited markets and resources are perhaps some of the region's greatest assets. Scores of city-pairs are not connected in Africa thereby creating opportunities for investment in infrastructure for air connectivity. Also, the continent contributes only about 2% to global air freight and about 3% to world passenger traffic. Dr. Chingosho adds in this regard: "PLF (passenger load factor) for African carriers in domestic routes was 74% while international routes recorded 67.9%," in 2016.

This provides ample room for Africa to raise these figures to double digits, which is vital for the continent. It presents opportunities for profitable investments in Africa that would in the long-run make positive contributions to global aviation and economies.

According to Akinwumi A. Adesina, President, African Development Bank Group, "New work by the Bank reveals that Africa's infrastructure requirements run to $130-170 billion a year. That's far higher than the long-accepted figure of $93 billion a year." While this figure covers air transport infrastructure, it is imperative that the industry should begin tackling its funding challenges through increased partnerships and innovation over the next two decades.



Opportunités de financement mûres

Le défi, qui existe depuis longtemps, d'un financement inadéquat de l'industrie de l'aviation en Afrique, est considéré par beaucoup comme une question que les institutions  chefs de file de l'Afrique - notamment les institutions de financement, les communautés économiques régionales (CER) et les organisations du secteur de l'aviation, devraient s'efforcer de résoudre, directement ou indirectement,  en redoublant d'efforts. Mais quelle est la position de  ces institutions qui doivent faire en sorte que leur coup de pousse pour l'amélioration du financement de l'aviation africaine soit plus efficace, maintenant que l'industrie connait un regain de croissance qui nécessite un financement durable?cover9

Le secteur du transport aérien en Afrique  passe actuellement  par une phase très intéressante et pleine de défis, peut-être sans précédent dans toute l'histoire de l'aviation africaine : intéressante à cause de la formidable croissance qui apportera de nouvelles opportunités,  et pleine de défis à cause des risques que  la croissance va susciter et de la nécessité pour les compagnies aériennes, les ANSP, les régulateurs, etc.,  de gérer efficacement ces opportunités et les risques concomitants,  au bénéfice du continent.

Au nombre de ces opportunités on peut citer l'augmentation continue projetée de la population de l'Afrique, qui est actuellement de 1,3 milliard d'habitants, dans laquelle la classe moyenne continue de croitre, et sa grande proportion de jeunes qui deviennent de plus en plus désireux de voyager, plus vraisemblablement par avion. Si l'on reconnait que près de 10 des économies de l'Afrique figurent parmi les économies du monde qui connaissent la croissance la plus rapide, des efforts pour redynamiser les économies de l'Afrique permettraient à un plus grand nombre d'Africains d'avoir les moyens de voyager par avion plus qu'auparavant. En outre, les " Perspectives économiques africaines ", document publié par la Banque Africaine de Développement (BAD) à la fin de janvier 2018, révèlent que, pour l'Afrique, " on estime que la croissance réelle du rendement a augmenté de 3,6% en 2017 et qu'elle s'accélèrera en 2018 pour atteindre 4,1% en 2018 et 2019.

Dans l'ensemble, la reprise  de la croissance a été plus rapide que prévu, surtout dans les économiesqui ne demandent pas énormément de ressources.

En ce qui concerne  l'aviation en particulier, on prévoit un doublement du trafic  d'ici 2035.  Des efforts pour améliorer et harmoniser les systèmes de gestion du trafic aérien, ainsi que la nouvelle politique de l'aviation civile africaine (PACA)  qui doit être adoptée par tous les États africains , et les efforts pour harmoniser la formation aéronautique en Afrique, tout cela crée  un fort espoir pour l'industrie. La sécurité et la réglementation sur la sécurité se sont améliorées en Afrique, avec des records de zéro accident au cours des deux dernières années.cover10

En outre, le lancement du Marché unique du transport aérien en Afrique (MUTAA) par l'Union africaine lors de sa 30ème session à Addis Abeba (Éthiopie) marque le début de la libéralisation continentale du transport aérien en Afrique et la mise en œuvre de la Décision de Yamoussoukro (DY). La DY est maintenant mise à jour avec ses dispositions réglementaires révisées pour assurer une plateforme d'intervention  égale pour les compagnies aériennes et les États africains.

Déjà, une forte demande sur les routes africaines projetée par les prévisions de l'industrie s'ajoute aux perspectives de l'aviation  sur le continent. " Une analyse faite par ForwardKeys  révèle que les réservations de vols pour les voyages à destination du Moyen-Orient et de l'Afrique ont augmenté de 10,5% en 2017 et que la croissance devrait se poursuivre durant le premier trimestre de 2018, les réservations étant actuellement de 11,2% supérieures à celles de la même période au cours de l'année dernière ", indique ForwardKeys, une entité qui fournit une analyse périodique des données sur l'industrie.

Un financement inadéquat étouffe les compagnies aériennes africaines

Selon Raphael Kuuchi, Vice -Président de l'Association du transport aérien international (IATA) pour l'Afrique, qui faisait un commentaire sur le manque d'accès à un marché ouvert en Afrique pour les transporteurs africains, " le statu quo ne fonctionne pas pour l'aviation africaine. " En effet, cette déclaration est également vraie pour le perpétuel manque d'un financement efficace pour l'aviation en Afrique.

Si le financement inadéquat est l'un des plus grands défis de l'Afrique, la modicité des recettes surtout parmi les compagniesaériennes africaines, est un autre sujet de préoccupation. La situation est si pathétique que  bien que le secteur  des compagnies aériennes soit considéré comme connaissant une amélioration remarquable  sur le plan financier, l'IATA indique que les compagnies aériennes africaines auront encore une perte de 100 millions de dollars en 2018, après une perte collective nette de 100 millions de dollars de 2017. "

Selon M. ElijahChingosho, le tout dernier Secrétaire Général/Chef de la direction de l'Association des compagnies aériennes africaines  (AFRAA), "les compagnies aériennes africaines n'ont pas été au rendez-vous de la rentabilité au cours des cinq dernières années", bien que certaines compagnies réalisent des bénéfices, notamment  Astral Aviation, Air Mauritius, Ethiopian Airlines et Royal Air Maroc."

Pour empirer le défi du financement extérieur inadéquat, les recettes des compagnies aériennes africaines  et le financement interne  sont érodés par les taxes, les redevances et frais élevés et d'autres facteurs négatifs de l'environnement d'exploitation, qui ont d'autres conséquences  néfastes sur ces compagnies aériennes  telles que la mauvaise intégrité des horaires et la fermeture des routes non rentables.

Au milieu de ces défis, le cas de l'amélioration du financement de l'aviation en Afrique n'a jamais été aussi  pressant  dans l'industrie africaine de l'aviation.

Quelles interventions de la part des institutions africaines?

Il ya un fort plaidoyer parmi les parties prenantes de l'industrie en faveur d'un renforcement de la capacité interne  en Afrique pour s'attaquer au financement et aux défis connexes tels que la main d'œuvrequalifiée, la sécurité, la sûreté, etc.

La BAD dit: "Dans une approche continentale, la Commission de l'Union africaine, l'Agence de planification et de coordination du NEPAD m et la Banque africaine de développement ont créé des véhicules financiers pour traiter du déficit du continent en matière d'infrastructures."

Elle note en outre que "  le Plan d'action du G20 pour les infrastructures, le Consortium des infrastructures  pour l'Afrique, le Fonds fiduciaire UE-Afrique pour les infrastructures, et le Diagnostic des infrastructures en Afrique par pays soulignent tous l'importance des infrastructures régionales pour la croissance  de l'Afrique. " La BAD est l'institution chef de file  en Afrique qui exprime maintenant l'engagement pour des responsabilités de financement plus grandes en Afrique. Cependant les banques locales en Afrique sont encore aux prises avec la faible capacité ; et certaines  sont peu enclines à appuyer un financement à long terme de l'aviation et la marge négligeable des affaires  que génèrent les compagnies aériennes.

M. Osman Mahgoub Ahmed El Fiel, Conseiller du Directeur Général chargé des Opérations de la Banque arabe pour le développement économique en Afrique  dit que les entités d'aviation de l'Afrique devraient avoir de bons plans  et modèles d'affaires  pour attirer le financement des investisseurs , position qu'appuie AdekunleAbdulrazacqOyinloye, Directeur Général/Chef de la direction de la Banque des infrastructures  basée à Abuja, au Nigéria.

M. Charles Schlumberger, Spécialiste principal du transport aérien à la Division des transports de la Banque Mondiale estime que les taxes aéronautiques en Afrique doivent être clarifiées et rationalisées pour appuyer et non étouffer la croissance de l'aviation et le développement en Afrique.

Une réorientation est nécessaire pour obtenir une réponse plus efficace des institutions africaines  au défi du  financement. À ce stade, les institutions de financement et d'autres institutions pertinentes en Afrique doivent commencer à voir les aéronefs et les compagnies aériennes africaines comme faisant partie des infrastructures qui ont besoin d'un soutien de financement urgent. Jusqu'à maintenant la plupart des financements de l'industrie de l'aviation africaine  émanant des institutions africaines de développement des infrastructures étaient orientés vers  les aéroports et les installations au sol. Dans un récent exemple, la BAD a participé au financement des Aéroports égyptiens  par le truchement d'un accord signé avec le Gouvernement égyptien  pour un prêt de 50 millions USD  - à partir du Fonds " AfricaGrowingTogether" (AGTF) - pour cofinancer le projet de l'Aéroport de Sharm El-Sheikh. Ce prêt, selon la BAD, doit compléterle prêt de 90 millions USD qu'elle avait approuvé auparavant.

Mutualiserle soutienétranger?

Les institutions africaines liées à l'aviation sont enclines à travailler avec des partenaires de financement étrangers pour trouver des financements pour l'aviation en Afrique. Cela a une fois de plus été souligné lors du 3èmeForum mondial de l'aviation qui s'est tenu à Abuja, au Nigéria, en novembre dernier, lorsque ces institutions ont lancé un vibrant appel aux investisseurspour qu'ils investissent en Afrique.

La publication de la BAD - "Perspectives économiques de l'Afrique" (AEO) -  indique que les régions disposant de fonds inutilisés ou en excédent devraient investir ces fonds dans des régions qui ont besoin de financer des investissements, notant que  "Un pacte mondial pour financer les infrastructures en Afrique et stimuler l'industrialisation génèrerait des dividendes substantiels à l'échelle mondiale. "

"Et avec plus de 100 trillions de dollars d'actifs gérés par des investisseurs institutionnels et des banques commerciales à travers le monde, qui recherchent de bons rendements, les pays africains ont un éventail d'options, en plus des ressources domestiques et de l'aide étrangère, pour soutenir leurs investissements. "

Bien que les Agences d'exportation du crédit (AEC) aux États-Unis et en Europe aient joué  des rôles importants pour soutenir le financement de l'aviation en Afrique, on attend encore beaucoup d'elles. Cependant, les intérêts asiatiques dans le financement du développement des infrastructures en Afrique fait naitre une nouvelle confiance chez les observateurs de l'industrie. En particulier, le soutien de financement potentiel provenant de la Chine  continue d'augmenter considérablement. Plusieurs institutions de financement de la Chine mettent l'accent sur l'Afrique, notamment , l'Association chinoise de transport aérien, la compagnie Hunan Airlines, la Banque chinoise pour l'exportation et l'importation (TEIBC), la Banque chinoise de développement, le Fonds de développement Chine-Afrique, la Société d'assurance des exportations et du crédit (Sinosure), la Compagnie de Leasing financier ICBC Co Ltd, et la Compagnie de leasing financier Ever Bright Co, Ltd.

Selon la Société commerciale d'aéronefs de Chine, le troisième Forum  sur la  coopération régionale Chine-Afrique  tenue à Beijing à la fin de 2017 avait pour objectifs, entre autres, de faciliter la pénétration  des aéronefs chinois en Afrique. En outre, le Fonds " AfricaGrowingTogether " a été établi par la Banque africaine de développement et le Gouvernement de la République de Chine  avec 2 milliards de dollars pour soutenir le cofinancement de grands projets en Afrique.

D'autres efforts sont  également à noter  de la part du Japon qui a fourni une assistance en matière d'infrastructures aéronautiques dans des pays africains tels que l'Égypte et le Malawi, pour des projets aéroportuaires adossés sur le programme de la Conférence internationale de Tokyo sur le développement de  l'Afrique (TICAD)

Les potentialités de l'Afrique comme atouts

Les marchés et les ressources inexploités de  l'Afrique sont peut-être certains des plus grands atouts de la région. Des dizaines de paires de villes ne sont pas connectées en Afrique, ce qui crée des opportunités d'investissement dans les infrastructures pour la connectivité aérienne. Par ailleurs, le continent ne contribue qu'à raison de 2%au fret aérien mondial et environ 3% au trafic passagers mondial. M. Chingosho ajoute à cet égard: " Le coefficient de remplissage  pour les transporteurs africains  sur les routes domestiques était de 74% tandis que les routes internationales ont enregistré 67,9%," en 2016.

Cela laisse à l'Afrique amplement de la place pour porter cette augmentation à deux chiffres, ce qui est vital pour  le continent. Cela offre des opportunités  pour des investissements rentables en Afrique qui, à la longue, apporteraient une contribution positive à l'aviation et aux économies mondiales.

Selon Akinwumi A. Adesina, Président du Groupe de la Banque africaine de développement, " les nouveaux travaux entrepris par la Banque révèlent queles besoins de l'Afrique en infrastructures se chiffrent  à entre 130 et 170 milliards de dollars par an. Si ce chiffre couvre les infrastructures de transport aérien, il est impératif que l'industrie commence à s'attaquer à ses défis de financement  en augmentant les partenariats  et l'innovation au cours des deux prochaines décennies.

Post a comment

Comments closed