OPEN SKIES IN AFRICA: MEETING NEW TASKS FOR AFRICAN ANSPS

Rising Traffic

The major challenges limiting passenger, cargo and aircraft movement in Africa are the pervasive market restrictions imposed by African States due seemingly to unfounded fear of domination by other States and their airlines. On-going efforts by African governments to achieve the Single African Air Transport Market (SAATM) in 2017/2018, and efforts by aviation industry and partners to harmonize civil aviation policies and air traffic management infrastructure are expected to usher in continent-wide liberalization and open skies. This will bring tremendous benefits in Africa, including substantial air traffic growth in the continent.

"I am convinced that the African Union, which is also interested in the civil aviation sector, thanks to a greater dynamism of the AFCAC its technical body in this field and ICAO, will have to play an important role in the process of constructing this African Single Sky," says Mr. Mohammed Moussa, DG, ASECNA.

Africa's gross domestic product (GDP) is projected to grow at about 3.5 percent, and its aviation industry is forecast to grow at about 4.5 percent over the next two decades, and the top ten fastest-growing markets in percentage terms will be in Africa.

Recent industry report by the International Air Transport Association (IATA) indicates that "African airlines continued to enjoy good demand, with traffic up 6.0% compared to March 2016. Capacity rose 2.4%, and load factor strengthened 2.3 percentage points to 68.2%. Notwithstanding fragility in the region's biggest economies (Nigeria and South Africa), traffic growth has strengthened in recent months with RPKs growing at an annualized pace of nearly 10% since mid-2016. This pick-up reflects a combination of faster growth on the key market to and from Europe, and also between Africa and the Middle East."

Based on a recent study of 12 African States, IATA believes that "liberalization of air services across the 12 African nations would create thousands of new jobs and boost GDP by $1.3 billion. In the same vein, some 14,600 direct jobs would be generated in the aviation sector. If the indirect employment gains are included, the total reaches 23,400 jobs, ranging from 1,500 jobs in Ethiopia to 5,400 in South Africa.

"Employment would also be boosted by an additional 1.23 million tourism visits among the 12 countries, spending $1.3 billion, an increase of 4.4% on total international tourism spend in 2013. Some 40,000 direct jobs would be created in the tourism sector and a further 35,100 jobs in connected industries," IATA also adds.

This expected increase in air traffic will further be complemented by renewed efforts to build-up aviation and general economic infrastructure in various States in Africa. What is more interesting is that while the rising tourism, investment in infrastructure, agriculture and industrialization generally in Africa now attract increased foreign traffic into the continent, emerging business opportunities in several fast-growing economies in Africa will continue to drive increased intra-Africa air traffic between existing and dozens of new city-pairs.

KIGALIii

Each of these markets is expected to grow by more than 8% each year on average over the next 20 years, doubling in size each decade.

 

In 2016, air transport carried over 70 million passengers in Africa, which industry institutions and aircraft manufacturers project to grow significantly alongside aircraft movement on the continent. IATA says "Africa will grow by 5.1%. By 2035 it will see an extra 192 million passengers a year for a total market of 303 million passengers."

About 3.7 billion passengers were carried by air globally in 2016, more than half of the world's tourists crossing international borders yearly move by air. Tourism growth in Africa remarkably adds to air traffic on the continent and there is now stronger focus on Africa's tourism development. "For millions of Africans, tourism is a lifeline - its potential for driving transformative and inclusive growth must be harnessed," Mukhisa Kituyi, Secretary-General, UNCTAD.

ANSPs' Challenge

Air transport and indeed air navigation services have assumed greater importance in Africa because of Africa's expansive 30 million km geographic land area, and the poor road and rail network to interconnect scores of villages and hub economies on the continent.

As the safest and fastest means of interconnecting Africa's 54 States and enabling the continent's 1.2billion people intermingle, air transport - and indeed air navigation services - have become a critical infrastructure that now need stronger attention in Africa to facilitate safe flight operations to remote airports.

The expected and on-going traffic increase in Africa foretells increased pressure on Africa's Air Navigation Service Providers (ANSPs) who must step up their capacities, capabilities and efficiencies to contribute to safe, more comfortable and more cost-efficient conduct of flights within, to and from the continent.

Key Regional Priorities

Air Navigation Service Providers are expected to deliver increasing level of efficient services, taking leadership from ICAO's Global Air Navigation Plan (GANP), to boost safety and support aviation's role as an economic development catalyst. According to ICAO's 2016 Air Navigation Report, Regional targets were defined for the following priorities:

  • Implementation of Performance-based Navigation at international aerodromes (PBN)
  • Utilisation of Air Traffic Flow Management (ATFM) systems
  • Implementation of Aeronautical Information Management (AIM)
  • Implementation of Ground-Ground Digital Coordination /Transfer (GGDCT)
  • Continuous Climb Operations and Continuous Descent Operations (CCO/CDO)
  • Fuel savings/CO2 emissions reduction due to ASBU (Aviation Systems Block Upgrade) implementation

African ANSPs Peer Review Programme

According to ICAO, States have been charged to "take action on achieving the objectives of implementing the priorities of the GANP (Global Air Navigation Plan) and providing data to the planning and implementation regional groups (PIRGS) on their progress and status of implementation." ICAO Council President, Dr. OB Aliu, who is spearheading the call for peer review among and between ANSPs, describes it as "a very tangible mechanism to improve the capabilities of ANSPs as part of ICAO's NCLB (No Country Left Behind) goal."

In May 2017 in Freetown, Sierra Leone, African ANSPs adopted the framework of cooperation, Peer Review Manual and 2017/18 Roadmap as a base to accelerate ANSPs service quality improvement. This, according to Mr. Prosper Zo'o Minto'o, Deputy Regional Director, ICAO Western & Central African Office, describes the nature and the conduct of the Programme, and - provides detailed guidance to stakeholders involved in the planning, preparation, conduct and reporting of the peer support activities.

The review areas of the programme include Air traffic services (ATS), Meteorological service (MET), Operation of aircraft - Flight procedures (PANS/OPS), Communications, Navigation, Surveillance (CNS) as well as Search and rescue (SAR), Aeronautical information management (AIM), as well as Safety Management (SMS). African ANSPs are expected to make progress in this regard to maximize their support to aviation industry activities and economic development activities in Africa.

Indeed, much effort has been committed to improve on the facilities and manpower among African ANSPs, with some African States like Kenya, Nigeria, South Africa, etc. having made headways in PBN implementation, while all African States, as is the case globally, are at the initial stage of the ASBU implementation.

RPAS Regulation, Integration And Control

A new challenge facing African ANSPs which is also a challenge in other global regions is the need to integrate remotely piloted aircraft systems and drones into air traffic management framework. At the moment, industry stakeholders, ICAO and drone/RPAS manufacturers are expected to work out agreeable regulation and operational standards to ensure safe, secure integration of the remotely piloted unmanned aircraft in Africa's controlled airspace.

Funding Gaps

Several African States are bedeviled by inadequate resources. In the efforts to reposition African ANSPs for greater future performance, increasing funding plays a key role, and it becomes pertinent to establish frameworks to support easier acquisition of air traffic management facilities. ANSPs and global partners need to develop mechanisms to provide funds for training of air traffic controllers, in addition to the ICAO-backed Human Resource Development Fund (HRDF).

The ICAO World Aviation Forum to be hosted in Abuja, Nigeria in November 2017, which will focus attention on infrastructure financing provides a platform for African ANSPs to develop partnerships for ATM infrastructure funding in Africa.

While the task ahead for ANSPs appear herculean, improvements in ANSP's facilities and manpower will introduce new excitements and create benefits for all stakeholders including ATCOs, airlines, passengers and Africa's economies.

rwan

Cooperation, Collaboration, Coordination

As has been stressed in previous meetings of Africa's ANSPs, the crucial element to guarantee speedy actualization of the ATM objectives in Africa remains close cooperation, collaboration and coordination among African ANSPs and other key partners within and outside the continent.

This is particularly vital and in the spirit of No Country Left Behind originated and pushed forward by Africa's Dr. OB Aliu, who is ICAO Council President.

Air traffic will continue to grow in Africa, given the benefits of aviation to Africa's economies, and the need to achieve Agenda 2063 economic objective of the African Union. African ANSPs must continue to evolve to support Africa's aviation and economic evolution.

 

French

 

CIEL OUVERT EN AFRIQUE: LES NOUVELLES TÂCHES DES ANSP AFRICAINS

Augmentation du traffic

Lesdéfismajeurs qui limitent le mouvementdes passagers, du fret et des aéronefs sont les  restrictionsomniprésentes du marchéimposés par les États africains apparemment en raison de la peur non fondée de la domination des autres États. Les efforts en cours que déploient  les gouvernements africains pour réaliser le Marché unique de transport aérien africain (MUTAA)  en 2017/2018, et les efforts de l'industrie et des partenaires de l'aviation pour harmoniser les politiques de l'aviation civile et les infrastructures de gestion du trafic aérien devraient ouvrir la voie à la libéralisation et auciel ouvert à l'échelle du continent. Ceci se traduira par d'immenses avantages pour l'Afrique , notamment une croissance substantielle du trafic aérien sur le continent..

"Je suis convaincu que l'Union Africaine, qui est aussi intéressée pat le secteur du transport aérien, grâce à un plus grand dynamisme de la CAFAC, son organe technique dans ce domaine et grâce  à l'OACI, aura à jouer un rôle important dans le processus de construction de ce ciel ouvert africain ", dit M. Mohammed Moussa, le Directeur Général de l'ASECNA.

L'on prévoit que le produit intérieur brut (PIB) de l'Afrique connaitra une croissance de 3,5% , tandis que celle de son industrie aéronautique sera d'environ 4,5% au cours des deux prochaines décennies, et que les 10 marchés ayant la croissance la plus rapide  en termes de pourcentage seront en Afrique.

Un rapport récent de l'industrie produit par l' Association du transport aérien international (IATA) indique que " les compagnies aériennes africaines ont continué de connaitre une bonne demande avec une croissance du trafic de 6% par rapport à mars 2016. La capacité a augmenté de 2,4%, et le coefficient de remplissage s'est renforcé de 2,3% pour passer à 68%. Malgré la fragilité des plus grosses économies de la région (le Nigéria et l'Afrique du sud), la croissance du trafic s'est poursuivie au cours des derniers mois  avec un taux de PKT qui a  augmenté à une vitesse de près de 10% par an depuis la mi-2016.Cette reprise est le résultat de la combinaison d'une croissance plus rapide sur le marché clé à destination et en provenance de l'Europe, et également entre l'Afrique et le Moyen-Orient. "

En se fondant sur une récente étude de 12 États africains,, l'IATA croit que "la libéralisation des services aériens entre ces 12 pays créerait des milliers de nouveaux emplois  et augmenterait leur  PIB de 1,3 milliards de dollars US. Dans le même ordre d'idées, 14 600 emplois directs seraient créés dans le secteur de l'aviation. Si on y ajoute les gains d'emplois indirects, le total attaint 23 400 emplois, qui vont de de  1.500 emplois en Éthiopie à 5 400 en Afrique du sud.

"L'emploi serait aussi relancé par 1,23 millions de touristessupplémentaires  dans les 12 pays , qui dépenseraient 1,3 milliards de dollars, soit une augmentation de 4,4 % des dépenses du tourisme international effectuées en 2013. Environ 40.000 emplois seraient créés dans le secteur du tourisme et35.100 autres emplois dans des  secteurs connexes," ajoute également  l'IATA

Cette augmentation attendue du trafic aérien sera en outre complétée par des efforts renouvelés pour renforcer les infrastructures aéronautiques et général dans divers États africains. Ce qui est le plus intéressant c'est qu'alors que l'accroissement du tourisme, de l'agriculture et de l'industrialisation d'une manière générale en Afrique attirent maintenant un accroissement du trafic étranger sur le continent, de nouvelles opportunités d'affaires dans plusieurs économies qui connaissent une croissance rapide en Afrique continueront d'alimenter la croissance du trafic aérien intra-africain entre les paires de villes existantes et des dizaines de nouvelles autres.

En 2016, l'aviation a transporté plus de 70 millions de passagers en Afrique; les institutions du secteur et les constructeurs d'aéronefs prévoient que ce chiffre va augmenter considérablement en même temps que  le mouvement des aéronefs sur le continent. Selon l'IATA, " l'Afrique connaitra une croissance de 5,1% d'ici 2035, elle verra 192 millions de passagers additionnels par an pour un marché total de 303 millions de passagers. "

Environ 3,7 milliard de passagers ont été transportés dans le monde en 2016, plus de la moitié des touristes du monde qui traversent des frontières internationales se déplacent par avion. La croissance du tourisme en Afrique contribue à l'augmentation du trafic aérien sur le continent et l'accent est maintenant mis de plus en plus sur le développement du tourisme. " Pour des millions d'Africains, le tourisme est une bouée de sauvetage - son potentiel  de transformation et de croissance inclusive doit être exploité ", a déclaréMukhisaKituyi, Secrétaire Général de la CNUCED

Le défi des ANSP

Le transport aérien et corrélativement, les services de navigation aérienne, ont pris une trèsgrande importance en Afrique en raison de l'immensité du continent,  qui s'étend sur 30 millions de kilomètres carrés , et du mauvais état du réseau routier et ferroviaire qui doit relier une multitude de villages et d'économies centralisées.

Étant le moyen le plus sûr et le plus rapide d'interconnexion entre les 54 États de l'Afrique , qui permet le brassage entre ses 1,2 milliard d'habitants, le transport aérien - et par conséquent les services de navigation aérienne - sont devenus une infrastructure essentielle qui demande maintenant une plus grande attentionen Afrique pour faciliter la sécurité des vols jusqu'aux aéroports éloignés.

L'augmentation du trafic, attendue et en cours, en Afrique annonce une pression accrue sur les fournisseurs des services de navigation aérienne (ANSP) , qui doivent renforcer leurs capacités, et leurs efficacités pour assurer une exploitation des vols sûre, plus confortable et plus économique  à l'intérieur, à destination et en provenance du continent.

Priorités régionales clés

On s'attend des fournisseurs de services de navigation aérienne qu'ils assurent un niveau de plus en plus grand de services efficaces, en s'inspirant du Plan mondial de navigation aériennes (GANP) de l'OACI , pour renforcer la sécurité et appuyer le rôle de l'OACI comme catalyseur du développement économique. Selon le le Rapport sur la navigation aérienne de l'OACI de 2016, des objecifs cibles ont été identifies pour le priorités suivantes:

  • Mise en œuvre de la navigation fondée sur les performances (PBN) aux aérodromes internationaux
  • Utilisation  des systèmes de gestion des courants  de trafic aérien (ATFM)
  • Mise en œuvre de la gestion de l'information aéronautique (AIM)
  • Mise en œuvrede la coordination/du transfert numérique sol-sol  (GGDCT)
  • Opérations en montée continue/opérations en descente continue (CCO/CDO)
  • Épargnes de carburant/réduction des émissions de CO2 en raison de la mise en œuvre de l'ASBU (mise à niveau par blocs du système de l'aviation)

Programme d'examen des ANSPsafricainspar les pairs

Selon l'OACI, les États ont été chargés de "prendre des mesures pour atteindre les objectifs  relatifs à la mise en œuvre des priorités du GANP (Plan mondial de navigation aérienne) et la fourniture de données aux groupes régionaux de planification et de mise en œuvre  (PIRG) concernant leur progrès et leur état de mise en œuvre." Le Président du Conseil, M. OB Aliu, qui mène l'appel pour l'examen des ANSP par les pairs entre et parmi eux, décrit celui-ci comme " un mécanisme très tangible pour améliorer les capacités des ANSP dans le cadre de l'objectif du  programme NCLB (Aucun pays laissé de côté)."

En mai 2017 àFreetown (Sierra Leone) , les ANSP ont adopté leur cadre de coopération,  le Manuel d'examen par les pairs et la Feuille de route 2017/18 comme base pour accélérer l'amélioration  de la qualité du service des ANSP. Celui-ci, selon M. Prosper Zo'oMinto'o, Directeur régional adjoint du Bureau de l'OACI pour l'Afrique occidentale et centrale, décrit la nature et la conduite du programme, et fournit des orientations détaillées aux parties prenantes concernées en matière de planification, de préparation, de conduite et de compte rendu des activités de soutien des pairs.

Les domaines d'examen du programme comprennent les services de trafic aérien (ATS), le service de météorologie (MET), l'exploitation technique des aéronefs - procédures de vol (PANS/OPS), les communications, la navigation, la  surveillance (CNS) ainsi que les recherches  et le sauvetage (SAR), la gestion de l'information aéronautique (AIM), ainsi que la gestion de la sécurité (SMS). On s'attend à ce que les ANSP africains fassent des progrès à cet égard pour maximiser leur appuiaux activités de l'industrie aéronautique et aux activités de développement économique en Afrique.

En effet, beaucoup d'efforts ont été engagés pour améliorer les installations et la main-d'oeuvre des ANSP, et certains États comme le Kenya, le Nigéria, l'Afrique du sud, etc. ont fait des avancées en matière de mise en œuvre de la PBN, tandis tous les États africains, commec'est le cas au niveau mondial, sont aux premières étapes de la mise en œuvre de l'ASBU.

Règlementation, intégration et contrôle des RPAS

Un nouveau défi auquel sont confrontés les ANSP, qui est aussi un défi dans d'autres régions est la nécessité d'intégrer les systèmes d'aéronefs télécommandéset les drones dans le cadre de la gestion du trafic aérien.Pour le moment, les parties prenantes de l'industrie , l'OACI et les fabricants des drones/RPAS doivent élaborer une règlementation acceptable et des normes opérationnelles pour assurer une intégration sûre et sécuritaire des aéronefs télépilotés dans l'espace aérien contrôlé de l'Afrique .

Failles

Plusieurs pays africains sont handicapés par le manque de ressources. Dans les efforts qui sont faits pour repositionner les ANSP  pour une plus grande performance dans l'avenir, l'augmentation du financement joue un rôle capital; dès lors,il devient pertinent de mettre en place des cadres pour  faciliter l'acquisition des installation de gestion du trafic aérien. Les ANSP et les partenaires mondiaux doivent élaborer des mécanismes pour obtenir des fonds pour la formation des contrôleurs de la circulation aérienne, en plus du Fonds volontaire de développement des ressources humaines (HRDF) qui est soutenu par l'OACI.

Le Forum aéronautique mondial de l'OACI qui se tiendra à Abuja (Nigéria) en novembre 2017, et qui portera principalement sur le financement des infrastructures, offre aux ANSP un cadre pour développer des partenariats en vue du financement des infrastructures d'ATM en Afrique

Si la tâche qui attend les ANSP semble herculéenne, les améliorations des installations et de la main d'œuvredes ANSP introduiront de nouvelles raisons d'espérer et offriront des avantages pour toutes les parties prenantes, notamment les contrôleurs de la circulation aérienne, les compagnies aériennes, les passagers et les économies de l'Afrique.

Coopération, Collaboration, Coordination

Comme cela a été souligné lors de précédentes réunions des ANSP d'Afrique, l'élément crucial pour garantir une rapide actualisation des objectifs de l'ATM en Afrique reste une coopération, une collaboration et une coordination étroites entre les ANSP africains et d'autres partenaires clésà l'intérieur et à l'extérieur du continent.

Ceci est particulièrement important et entre dans l'esprit de la campagne "Aucun pays laissé de côté "  initiée et soutenue  par l'Africain OB Aliu,  Président  du Conseil de l'OACI.

Le trafic aérien continuera de croître en Afrique, étant donné les avantages de l'aviation pour les économies africaines et la nécessité d'atteindre l'objectif économique de l'Agenda 2063 de l'Union Africaine. Les ANSP africains doivent continuer d'évoluer pour soutenir l'évolution de l'aviation et de l'économie africaines.

Post a comment

Comments closed