BUSINESS AVIATION GROUND SUPPORT IN AFRICA: DILEMMA AND OPPORTUNITIES

AprilcoverPix

Mr. Joe McDermott Events Coordinator, Follow Me - Aircraft Marshallers

One look at the continent of Africa on a map and you will see that aviation must play a large part in the development of this great landmass. In many areas ground transportation, be it road or rail, is just not an efficient option. All too often connectivity within countries, across Africa itself or with the rest of the world is not sufficient or conducive to the needs of the business community in what is a globalized world.

Business aviation as an industry really started to emerge in the late 1950s and 1960s in America with the development of the Grumman Gulfstream I business turboprop, the Gates LearJet 24 and the Lockheed JetStar, while in Europe, the HFW Hansa Jet, the Dassault Falcon 10 and the De Havilland 125 entered the market. In the early days bizjets were usually handled by airline staff or self handled. Back then of course airports were not nearly as regulated for security or safety as today and bizav crew and passengers could come and go on the ramp as required mostly without screening or escorts.

Into a world long since gone stepped a father and son owned and Texas-based Universal Weather and Aviation, Inc. in 1959. As their name suggests, weather was a major part of their business , getting current, accurate and time critical weather briefings from all over the world to flight departments and flight crews in the days before the internet, mobile phones and cockpit briefcases was no easy matter and Universal did it with style! Perhaps more on that story at another time.

Apart from weather, they were the early pioneers in international trip planning and scheduling, fuel delivery, ground handling and aviation security.

Throughout the '70s the business aviation support industry grew at a tremendous pace, Houston and Dubai becoming the main hubs for trip support while almost every capital or major city gained at least one FBO facility.

FBO and BAHA (Business Aviation Handling Agents) provide custom ground supports services for business/corporate, private, charter, VIP, VVIP and state aircraft operations. FBOs will have a dedicated facility (VIP Terminal or Business Jet Center, often with hangar availability) while BAHA tend to have a more supervisory role.

Across Africa the business aviation industry developed at a great pace during the first decade or so of the 21st century; Nigeria and South Africa being the stand out countries for business aircraft sales! Dedicated FBO and MRO facilities were set up, requiring considerable investment and vision. Charter brokers were kept busy.  Many African countries were seeing their economies grow as international trade flourished.   And then the price of oil collapsed, right at a time when a number of new FBOs and MROs were in the planning stage or under serious consideration.

F2000Segun Demuren, CEO of EAN Aviation, Nigeria's first FBO and Business Jet Center comments: "The drop in value of oil and gas across the entire world hit business aviation hard globally and Africa was dealt its share of the pain. Nigeria especially had it tough as the low prices of oil coupled with the volatile state of oil production in Nigeria and bad debts gathered over time, led to lower purchasing power and foreign exchange scarcity in the country. The impact of this was grossly negative on both domestic and international business travel in the country and by implication, activity on all fronts at our FBO & Business Jet Center."

According to him: "With a limited recovery in the price of black gold during 2016 a brighter future may be on the horizon. Improved Government spending and fiscal policies at the turn of 2017, is starting to bring about an increase in activity (compared to 2016) at our FBO & Business Jet Center and aircraft charters and I expect the rest of 2017 will see continued growth in these areas."

From Mohamed Outamrarht, MD of Moroccan Aviation Services: "Business aviation traffic in Morocco has become a larger portion of our total business over the last two years across our ground handling network. We noted positive growth in both destination and tech stop traffic at many of our stations during 2016 and I believe 2017 will see that trend continue. But of course, what we really need to see is the market value of oil improve so business aviation activity increases globally and that will boost activity throughout all of Africa."

executiveFurthermore, Rady Fahmy, Executive Director of the African Business Aviation Association (AfBAA), says AfBAA has been serving the interests of business aviation stakeholders in Africa for five years." During this time" he says, "we've generated a white paper looking at the needs of business aviation in Africa, conducted a survey to establish the patterns of fleet activity and transactions, and created strong relations with governments and regulators.

We've conducted these activities to better understand how we can support our members. They range from large OEMs, to ground support through to individuals who want to develop business aviation in Africa. One thing we know is that they all want to create sustainable business and we want to support that ambition."

Importantly, he states that "relationships are important and so we've also created a series of platforms where members can meet, share information and debate essential themes.  These include our EBACE African Pavilion, African Regional Symposiums and our newest event, a full-scale Business Aviation Conference and Exhibition to be held in Cape Town at the end of 2017."

 

ASSISTANCE AU SOL  POUR L'AVIATION D'AFFAIRES EN  AFRIQUE: DILEMME ET OPPORTUNITÉS

Quand on regarde le continent africain sur une carte,on voit que l'aviation doit jouer un  rôle important dans le développement de ce vaste territoire.  A de nombreux endroits, le transport terrestre, qu'il soit routier ou ferroviaire, n'est tout simplement pas une option efficace. Bien trop souvent, la connectivité à l'intérieur des pays, à travers l'Afrique elle-même ou avec le reste du monde,  n'est pas suffisante ni favorable aux besoins de la communauté des affaires en cette période de mondialisation. L'aviation d'affaires en tant qu'industrie a véritablement commencé à émerger à la fin des années  1950 et 1960 en Amérique avec le développement du turbopropulseur d'affaires Gulfstream I de Grumman, du Learjet 24 de Gates et du JetStarde Lockheed, tandis qu'en Europe ,l'avion à réaction HFW de Hansa, le Falcon 10 de Dassault et le De Havilland 125 entraient sur le marché.

Au début, les jets d'affaires étaient habituellement pilotés par le personnel des compagnies aériennes ou par leur personnel propre. A l'époque, bien entendu,  les aéroports n'étaient pas autant réglementés qu'aujourd'hui en matière de sécurité et de sûreté, et les équipages ainsi que les passagers de l'aviation d'affaires pouvaient aller et venir sur la piste comme bon leur semblait,  la plupart du temps sans inspection/filtrage ni escortes.

Dans un monde disparu depuis fort  longtemps est entrée en jeu en 1959 une société qui appartenait à un père et à son fils,  basée au Texaset appeléeUniversalWeather and Aviation Inc, . Comme son nom le suggère, la météorologie représentait une partie importante  de son activité, car elle  fournissait des rapports météorologiques à jour, exacts et limitées dans le temps qu'elle obtenait  de diverses parties du monde aux départements de vols et aux équipage de conduite  avant l'existence de l'internet , des téléphones mobiles et lorsque la connectivité des postes de pilotage n'était pas chose facile. Universal le faisait avec style ! Nous reviendrons peut-être sur cette histoire une autre fois.

line

En dehors de la météo, ils étaient les pionniers de la planification des vols internationaux et de la programmation de la livraison du carburant, du service de manutention au sol et de la sûreté de l'aviation.

Pendant les années 70, l'industrie d'assistance à l'aviation d'affaires a connu une croissance fulgurante. Houston et Dubaï sont devenus les principaux hubs pour l'assistance aux voyages tandis que presque chaque capitale ou ville principale s'est dotée d'au moins une installation FBO.

Le FBO et les BAHA (Agents de traitement de l'aviation d'affaires) fournissent des services d'assistance au sol personnalisés pour les vols des aéronefs d'affaires de sociétés, d'aéronefs privés, charters, VIP, VVIP et  d'État. Les FBO ont une installation dédiée (Terminal VIP ou Centre pour les avions d'affaires, souvent avec disponibilité de hangar) tandis que les BAHA ont tendance à jouer plus un rôle de supervision.

À travers l'Afrique, l'aviation d'affaires s'est développée très rapidement au cours de la première décennie du 21ème siècle, le Nigéria et l'Afrique du sud étant les pays phares pour les ventes d'aéronefs d'affaires ! Des installations de  FBO et de MRO particulières ont été construites. Ce qui a nécessité des investissements considérables et une certaine vision.

Les courtiers en vols charters sont restés constamment occupés car  de plus en plus de sociétés étendaient leur emprise commerciale. De nombreux pays africains voyaient leurs économies croître à mesure que le commerce international se développait. C'est alors que  le prix du pétrole s'est effondré. Juste au moment où de nombreuses FBO , MRO et acquisitions d'aéronefs étaient au stade de planification ou sérieusement envisagées.

SegunDemuren, PDG de EAN Aviation, le premier FBO et centre de jets d'affaires du Nigeria commente: " La baisse de la valeur du pétrole et du gaz dans le monde entier a durement frappé l'aviation d'affaires à travers le monde et l'Afrique a eu sa part de souffrance. Le Nigéria a particulièrement été touché car la baisse du prix du pétrole combinée à la volatilité de la production nigérianeet aux mauvaises dettes qui se sont accumulées avec le temps ont conduit à la baisse du pouvoir d'achat et à la rareté des devises dans le pays. L'impact de ceci a été dans l'ensemble  négatif tant sur les voyages internationaux que sur les voyages d'affaires dans le pays et par implication, sur l'activité sur tous les fronts à notre FBO et à notre Centre de jets d'affaires. "

Selon lui : " Avec la reprise limitée du prix de l'or noir en 2016, on peut entrevoir un avenir plus clair à l'horizon. Une amélioration des dépenses gouvernementales et des politiques fiscalesau tournant de 2017, commence à apporter une augmentation de l'activité (par rapport à 2016) à notre FBO et à notre centre de jets d'affaires ainsi qu'aux aéronefs charters , et je m'attends à ce que  le reste de 2017 continue à voir une poursuite de la croissance dans ces domaines. "

Pour Mohamed Outamrarht, Directeur Général des Services aéronautiques marocains : " le trafic de l'aviation d'affaires au Maroc est devenu une plus grande portion de notre activité totale au cours des deux dernières années sur note réseau de services de manutention au sol. Nous avons noté une  croissance aussi bien dans la destination que dans le trafic des escales techniques dans un grand nombre de nos stations en 2016 et je crois que cette tendance va se poursuivre en  2017.  Mais, bien entendu, ce que nous voulons réellement voir  c'est l'amélioration de la valeur marchande du pétrole pour que l'activité de l'aviation d'affaires augmente dans le monde, ce qui entrainera une relance desactivités dans toute l'Afrique.

Par ailleurs, RadyFahmy, le Directeur Exécutif de l'Association africaine de l'aviation d'affaires (AfBAA) déclare que l'AfBAA sert les intérêts desparties prenantes de l'aviation d'affaires en Afrique depuis cinq ans. " Pendant cette période ", dit-il, "  nous avons produit un livre blanc  qui analyse les besoins de l'aviation d'affaires en Afrique, mené une enquête pour établir les modèles d'activités  et de transactions des flottes, et créé de fortes relations avecles gouvernements et les régulateurs.

Nous avons réalisé ces activitéspour mieux comprendre comment nous pouvons appuyer nos membres, qui vont de grands OEM aux services de manutention au sol en passant par des particuliers qui veulent développer l'aviation d'affaires en Afrique. Ce que nous savons c'est qu'ils veulent tous créer des entreprises durables et nous voulons soutenir cette ambition. "

Et d'ajouter : " les relations sont importantes ; c'est pourquoi  nous avons aussi créé une série de plates-formes où les membres peuvent se rencontrer, partager des informations et débattre sur des thèmes essentiels. Il s'agit notamment denotre Pavillon africain EBACE, des symposiums régionaux africains et de notre tout dernier événement, une grande Conférence/ Exposition  sur l'aviation d'affaires, qui se tiendra au Cap à la fin de 2017. "

Post a comment

Comments closed