REDEFINING AFRICA'S AIR SERVICE AGREEMENT

Africa's Commitment

The quest for liberalization globally is fueled by the need to apply the strengths of air transport, as the safest and fastest means of movement, to stimulate economic development and integration. In fact, while air services agreements promote the flow of air traffic among States, liberalization enables air transport to stimulate economic development on a larger scale, as evidenced in liberalized markets globally, and as shown by IATA's study on liberalization in Africa.

Among many reasons for liberalization in Africa are the need to exploit and integrate the continent's rich diversity and resources for the benefit of Africa's over 1.1billion population spread across 54 States and economies that have less access to air connectivity. Africa's large geographic area (11,724,000 square miles (30,365,000 square km)), and deficiencies in road, waterways and rail interconnectivity, among others, make increased air transport and liberalization crucial for the continent's economic emergence.airlines

Many African States embrace liberalization on the continent. Africa having the largest participation at the 2015 and 2016 editions of ICAO's Air Services Negotiating Conference (ICAN) could be indicative of Africa's interest to improve competitiveness in the emerging climate of liberalization. The ICAN is one of ICAO's strong tools of promoting liberalization globally.

Currently, liberalization of air transport industry in Africa is receiving strong push from global and African institutions. However, this faces headwinds as some Sates tend to still be more comfortable with existing bilateral air services agreements (BASAs). The resistance to liberalization stems from the 'perceived challenges' liberalization would present, especially to States that are not ready to explore new opportunities or support their local airlines to become more competitive in a liberalized market. There are also 'feelings' that BASAs give weaker States control of access to their markets, allowing them to prevent stronger States from "swallowing them up."

Though scores of air services agreements have been signed by African States with other African States or States from other regions, most of these agreements are not serviced, or reciprocated from Africa. For instance, from the Asian region, Singapore has 30 Air Service Agreements (ASAs) with African States; and has concluded Air Services Agreements with some 140 States and Territories, of which 60 are Open Skies Agreements (OSAs), notes Singapore Civil Aviation Authority (SCAA). From Africa, only Ethiopian, South African Airways and Air Mauritius have strong presence on the direct Africa-Singapore route. Singapore is one of the States with fast growing aviation and economic partnership with Africa, and is keen on establishing open skies agreements with African States and other regions, which could inspire African States in driving open skies in Africa. Similarly, the dearth of direct flights between Africa and the Caribbean prompted a Meeting involving ICAO, African CAAs and institutions and representatives from the Caribbean in Accra recently to promote more liberal market access between the two regions.

Within Africa, the renewed campaign for liberalization under the Single African Air Transport Market (SAATM) will ride on the implementation of the Yamoussoukro Decision (YD) established since 1999, but which was not fully implemented among African States.

While liberalization is not new to Africa, what may be new are the unfolding market realities including rededication of air transport as a key catalyst for economic development targets such as the AU's Agenda 2063 and the UN's Vision 2030 on Sustainable Development Goals, etc. Also new is the reviewed or updated African Civil Aviation Policy which Ms. Iyabo Sosina, Secretary General of African Civil Aviation Commission (AFCAC), says would drive implementation of the YD and the Single African Air Transport Market (SAATM) that AU States signed a Solemn Commitment to implement from 2017.

Presently, therefore, the major task needed to achieve implementation of the SAATM is how to ensure its full implementation among the about 22 ready and willing States that have signed the Solemn Commitment to implement the SAATM, while other States prepare to join. This is more productive than having all States endorse and not implement the SAATM.

South Africa's Minister of Transport, Joe Maswanganyi, while signing air services agreement with the Chadian Transport Minister, Haoua Acyl Ahmat Aghabach, in March 2017, charged Chad, and by extension, remaining African States, to commit to the SAATM.data 1

He also encourages "African States to consolidate their aviation market and industry in order to enhance their competiveness." This reflects the strong disposition of African States that have signed the Solemn Commitment to implement the SAATM.

Benefits Of More Liberal Agreements

Liberalization in Africa brings reduced cost of travel, more flight options, and boosts tourism, trade and investment, as well as productivity and jobs. Of note is the study of 12 African States by IATA working with African Airlines Association (AFRAA) and the African Civil Aviation Commission (AFCAC) and Intervistas, which details these benefits.

The study shows that liberalization among the 12 African States could add some 5 million passengers with an increase of 81% in passenger traffic. A more liberal air transport market between South Africa and Kenya in the early 2000s led to 69% rise in passenger traffic, it says. It further indicates that "allowing the operation of a low cost carrier service between South Africa and Zambia (Johannesburg-Lusaka) resulted in a 38% reduction in discount fares and 38% increase in passenger traffic." And "on intra-African routes with more liberal bilaterals, Ethiopians benefit from 10-21% lower fares and 35-38% higher frequencies (compared to restricted intra-Africa routes)."

ICAO Council President, Dr. OB Aliu, who was addressing the 9th ICAO Negotiating Conference in Nassau, Bahamas, states that "continued liberalization of market access creates a better operating environment for the air transport industry, which generates $2.7 trillion for the global economy each year, and provides 63.5 million jobs globally."

Continuing Liberal Market Access

The implementation of the SAATM will enjoy the tailwind of current and projected strong aviation and economic growth. IATA says "The top ten fastest-growing markets in percentage terms will be in Africa: Sierra Leone, Guinea, Central African Republic, Benin, Mali, Rwanda, Togo, Uganda, Zambia and Madagascar." Each is expected to grow by more than 8% yearly on average over the next 20 years, "doubling in size each decade."

Africa will grow by 5.1% over the next two decades, as IATA forecast shows. "By 2035 it will see an extra 192 million passengers a year for a total market of 303 million passengers," IATA says.

Despite the perceived slow take-off of the SAATM, there are exciting new examples of liberal market access among some African States.

For instance, Air Namibia is leveraging 5th freedom rights agreed by Namibian government with Ghanaian and Nigerian governments to fly Lagos-Accra-Windhoek beginning from 2018. Acting Managing Director of Air Namibia, Advocate Mandi Samson, says the "much needed service will reduce travel times between Namibia and West Africa by more than 60%," among other benefits.

Remarkably also, Rwanda and Benin Republic have demonstrated the 7th freedom rights, which allows RwandAir to set up its second hub in Cotonou and operate to destinations including Conakry, Bamako, Dakar, Libreville, Brazzaville and Abidjan in West Africa without first returning to Kigali. Deputy Chief Executive Officer in Charge of Corporate Affairs of RwandAir, Yvonne Manzi Makolo, says "the launch of this hub, will take air travel on our continent to the next level," with improved connections and more frequencies. The two States also plan to set up an airline in Cotonou to service the region.

Furthermore, Ethiopia and Cameroon have agreed to renegotiate their bilateral air service agreement, a move that is hoped to promote more liberal market access. In another example Ethiopian recently added Kaduna to its existing flights from Addis Ababa to Kano, Enugu, Lagos and Abuja airports in Nigeria, even though no Nigerian operator flies into Ethiopia currently.

From these trends, however, it appears that States with active and expanding airlines - RwandAir, Air Namibia and Ethiopian -, are most disposed to liberalization. It then suggests that States should create sustainable aviation development strategies adapted to liberal market environments. States must also provide more robust support to their airlines, not necessarily national carriers, to enable them reposition to partake in the opportunities that will evolve from the SAATM.data 2

While evidence-based advocacy is vital to enable more States commit to the SAATM, 'ready and willing States' should overcome the urge to cling onto the vestiges of restrictive market access that could be detrimental to African airlines. Going forward, there is need to constructively address the fears that challenged the YD for the nearly 20 years, and now tend to face the SAATM. The new African Civil Aviation Policy reviewed recently by AFCAC needs to be promptly adopted among African States to jump-start implementation of the SAATM and improved flight connectivity. This is the base to launch Africa's eagerly-awaited next level of air transport development.

 

FRENCH

L'engagement de l'Afrique

La quête de la libéralisation dans le monde est alimentée par le besoin d'appliquer les forces du transport aérien, comme  moyen de déplacement le plus sûr et le plus rapide, pour stimuler le développement et l'intégration économiques. En effet, si  les accordsde services aériens promeuvent le flux du trafic aérien  entre les États, la libéralisation permet au transport aérien de stimuler le développement économique à une plus grande échelle, comme on le voit dans les marchés libéralisés à travers le monde, et comme le montre l'étude de l'IATA sur la libéralisation en Afrique.

Parmi les nombreuses raisons de la libéralisation en Afrique, on peut citer : la nécessité d'exploiter et d'intégrer la riche diversitéet les ressources du continent au bénéfice des 1,1 milliard de personnes éparpillées dans 54 États et économies qui ont moins accès à la connectivité aérienne. La grande surface géographique de l'Afrique (11.724.000 milles carrés, soit 30.365.000 km2, et les carences en inter connectivité routière, fluviale et ferroviaire, entre autres, rendent l'augmentation du transport aérien et de la libéralisation  cruciale pour l'émergence économique du continent.

De nombreux  pays africains adoptent la libéralisation sur le continent. Le fait que l'Afrique avait la plus grande participation aux éditions 2015 et 2016 de la Conférence de négociation des services aériens de l'OACI (ICAN) pourrait être une indication de son intérêt  à améliorer la compétitivité dans le climat émergent de la libéralisation. L'ICAN est l'un des outils forts de l'OACI pour promouvoir la libéralisation dans le monde.

À l'heure actuelle, la libéralisation du transport aérien reçoit une forte poussée de la part d'institutions mondiales et africaines. Cependant cet effort rencontre des  vents contraires car certains États ont tendance à continuer d'être confortables avec les accords bilatéraux de services aériens  (ABSA) existants.La résistance à la libéralisation tient aux " défis perçus " que la libéralisation présenterait, surtout pour les États qui ne sont pas prêts à explorer de nouvelles opportunités ou à appuyer leurs compagnies aériennes pour devenir plus compétitives dans un marché libéralisé, Il y a aussi des " sentiments " que les ABSA donnent aux États pauvres un contrôle de l'accès à leurs marché, leur permettant d'empêcher aux États plus forts de les " avaler ".

Bien que des dizaines d'accords de services aériens aient été signés par les États africains avec d'autres États africains d'autres régions, la plupart de ces accords ne sont pas mis en œuvre ou honorés de la part de l'Afrique. Par exemple, s'agissant de la région Asie, Singapour a 30 accords de services aériens avec des États africains et a concludes accords de services aériens avec quelques 140 États et territoires, dont  60 sont des accords de ciel ouvert, note l'Autorité de l'aviation civile de Singapour (SCAA). S'agissant de l'Afrique, seules Ethiopian, South African Airways et Air Mauritius ont une forte présence sur la route directe Afrique-Singapour. Singapour est un des États dont l'aviation connait une forte croissance et qui a un partenariat avec l'Afrique, et qui désire fortement des accords de ciel ouvert en Afrique. De même, l'absence de vols directs entre l'Afrique et les Caraïbes a suscité une réunion regroupant l'OACI, des AAC africaines et des institutions et représentants des Caraïbes à Accra récemment pour promouvoir un accès plus libéral au marché entre les deux régions.

Au sein de l'Afrique, la relance de la campagne de libéralisation dans le cadre du Marché unique du transport aérien en Afrique porte essentiellement sur la mise en œuvre de la Décision de Yamoussoukro signée en 1999, mais qui n'a pas complètement été mise en œuvre par les États africains.

Si la libéralisation n'est pas nouvelle en Afrique, ce qui peut être nouveau ce sont les réalités du marché qui se déploie, notamment la place de plus en plus grande qu'occupe le transport aérien comme catalyseur des objectifs du développement économique, tels que l'Agenda 2063 de l'UA et la Vision 2030 des Nations Unies  sur les objectifs du développement durable, etc.  Nouvelle aussi est la Politique révisée ou actualisée de l'aviation civile africaine, qui, selon Mme IyaboSosina, Secrétaire Générale de la Commission africaine de l'aviation civile, sera le moteur de la mise en œuvre de la DY et du MUTAA pour lesquels les États ont signé un Engagement solennel de mise en œuvre à partir de 2017.

A l'heure actuelle par conséquent, la principale tâche nécessaire pour réaliser la mise en œuvre du MUTAA est de savoir comment assurer sa mise en œuvre intégrale  parmi les quelque 22 États qui se sont portés volontaires et qui ont signé l'Engagement solennel de mettre en œuvre le MUTAA, alors que d'autres États se préparent à les rejoindre. Ceci est plus productif que  de voir tous les États entériner le MUTAA sans le mettre en œuvre.

Le Ministre sud-africain des transports, M. Joe Maswanganyi, en signant un accord de services aérien avec le Ministre tchadien des transports, HaouaAcylAglabach en mars 2017, a chargé le Tchad, et par extension, les autres États africains qui restent, à s'engager dans le MUTAA. Il a aussi encouragé les États   africains à consolider leur marché et leur industrie de l'aviation pour accroitre leur compétitivité. Ceci traduit la forte disposition  des États africains qui ont signé l'Engagement solennel à mettre en œuvre le MUTAA.

 

Avantages d'un plus grand nombre d'accords libéraux

La libéralisation entraine une réduction du prix du voyage, un plus grand nombre d'options de vols, et elle relance le tourisme, le commerce et les investissements, ainsi que la productivité et les emplois. À noter l'étude de 12 États africains réalisée par l'IATA en collaboration avec l'Association des compagnies aériennes  (AFRAA) et la Commission africaine de l'aviation civile (CAFAC) et Intervistas, qui présente en détail ces avantages.

L'étude montre que la libéralisation entre les 12 États africains pourrait ajouter quelque 5 millions de passagers, entrainant une augmentation de 81% du trafic passagers. Un marché de transport aérien plus libéral entre l'Afrique du sud et le Kenya au début des années 2000 a donné lieu à une augmentation du trafic passagers de 69%, révèle-t-elle. Elle indique par ailleurs que " le fait de permettre l'exploitation d'un transporteur " lowcost " entre l'Afrique du sud et la Zambie (Johannesburg-Lusaka) a résulté en une réduction des tarifs réduits  de 38% et à une augmentation de 38% du trafic passagers. " Et " sur les routes intra-africaines, avec un plus grand nombre d'accords bilatéraux plus libéraux, Ethiopianbénéficie de tarifs plus bas de 10 à 21%, et de fréquences plus élevées de 35 à 38% (par rapport aux routes restreintes intra-africaines). "

S'adressant à la 9ème  conférence de négociation de l'OACI à Nassau, aux Bahamas, le Président du Conseil de l'OACI, M. O.B. Aliu a déclaré que " la poursuite de la libéralisation du marché crée un meilleur environnement d'exploitation  pour l'industrie du transport aérien, qui génère 2.7 trillions de dollars pour l'économie mondiale chaque année, et fournit 63,5millions d'emplois dans le monde. "

 

Accès continu au marché libéral

La mise en œuvre du MUTAA  profitera d'un vent arrière du courant et entrainera une forte croissance de l'aviation et de l'économie, dit l'IATA. Les 10 premiers marchés qui connaitront la croissance la plus rapide en pourcentage seront en Afrique : la Sierra Leone, la Guinée, la République centrafricaine, le Bénin, le Mali, le Rwanda, le Togo, l'Ouganda, la Zambie et Madagascar. ". Chacun devrait croitreissance de 8% par an en moyenne au cours des 20 prochaines années, " doublant en quantité à chaque décennie. "

L'Afrique connaitra une croissance de 5,1% au cours des deux prochaines décennies, indique une prévision de l'IATA. " D'ici 2035, elle verra 192 millions de passagers supplémentaires par an pour un marché total de 303 millions de passagers, " dit l'IATA.

Bien qu'on ait l'impression que le MUTAA démarre lentement,  il y a de très beaux exemples d'accès su marché libéral  parmi certains États africains. Par exemple, Air Namibia  fait usage des droits de cinquième liberté conclus par le gouvernement namibien avec les gouvernements ghanéen  et nigérian  pour effectuer  un vol Lagos-Accra-Windoek à partir de 2018. Le Directeur par intérim de AirNamibia, l'Avocat Mandi Samson, dit que " le service tant désiré réduira le temps de vol entre la Namibie et l'Afrique de l'ouest de plus de de 60%, " entre autres avantages.

À remarquer également : le Rwanda et la République du Bénin ont utilisé les droits de 7ème liberté, ce qui permet à RwandAir d'établir son deuxième hub à Cotonou, et d'avoir des vols à destination de Conakry, Bamako, Dakar, Libreville et Abidjan sans d'abord retourner à Kigali. Selon la Directrice chargée des affaires corporatives de RwandAir, Yvonne ManziMakolo,  "  l'entrée en service de ce hub portera le voyage aérien sur notre continent au prochain niveau, " avec des escales amélioréeset un plus grand nombre de fréquences. Deux États envisagent également de monter une compagnie aérienne à Cotonou pour desservir la région.

En outre, l'Éthiopie et le Cameroun ont convenu de renégocier leur accord bilatéral de service aérien, démarche qui, nous l'espérons, promouvra un accès plus libéral au marché. À titre d'autre exemple, Ethiopian a récemment ajouté Kaduna  à ses vols existants d'Addis Abeba aux aéroports de  Kano, Enugu, Lagos et Abuja au Nigéria, même si aucun exploitant nigérian ne vole actuellement à destination de l'Éthiopie.joburg-tremors

À partir de ces tendances il apparait cependant que les États qui ont des compagnies aériennes actives et en croissance  - RwandAir, Air Namibia et Ethiopian - sont les plus disposés vis-à-vis de la libéralisation. L'étude suggère donc que les États devraient créer des stratégies de développement durable de l'aviation,adaptées aux environnements d'un marché libéral. Les États devraient également fournir un soutien  plus solide à leurs compagnies aériennes, pas nécessairement aux transporteurs nationaux, pour leur permettre de se repositionner pour saisir les opportunités qui découleront du MUTAA.

Si un plaidoyer basé sur des preuves est vital pour permettre à un plus grand nombre d'États de s'engager pour le MUTAA, " les " États prêts et disposés "devraient surmonter le désir de s'accrocher aux vestiges de l'accès restrictif au marché,  qui pourraient être nuisibles  aux compagnies aériennes africaines. En outre, il est nécessaire de d'affronter de manière constructive les peurs qui ont paralysé la DY pendant presque 20 ans, et qui ont maintenant tendance à se présenter au MUTAA. La nouvelle Politique de l'aviation civile africaine  revue récemment par la CAFAC doit être rapidement adoptée par les États africains pour commencer la mise en œuvre du MUTAA et une connectivité des vols améliorée. C'est là la base pour lancer le prochain niveau de développement du transport aérien tant attendu.

Post a comment

Comments closed